Menu
Aide

Réalisation de travaux par soi-même, quid de l’assurance habitation ?

Devis Assurance Habitation

En sortie de confinement, 1 français sur 2 souhaite engager des travaux dans leur habitation. Le télétravail et l’école à domicile ont créé des besoins, notamment un coin bureau/étude. Si certains comptent recourir à des professionnels, d’autres souhaitent réaliser ces travaux eux-mêmes. Dans ce cas, qu’en est-il de l’assurance habitation ? L’assuré est-protégé si un sinistre survient par la suite ?

Pour des raisons économiques ou par passion, certains préfèrent se lancer seuls dans les travaux de leur habitation. En effet, la note peut baisser de 30 à 40% en se passant des services d’artisans. Cependant, les personnes n’ont pas toujours en tête les aides de l’Etat, comme le crédit d’impôt “développement durable” auxquelles elles renoncent en ne réalisant pas les travaux par un professionnel. Elles ne réalisent pas non plus ce que ça engage en termes de protection et de responsabilité auprès des assurances.

Comment bien se couvrir lors des travaux ?

Avant d’entamer des travaux, contactez votre compagnie d’assurance. En effet, votre habitation, vide pendant une rénovation, peut être la cible de cambrioleurs ou peut connaître des sinistres le temps de la réalisation des travaux. Un accident arrive vite sur un chantier et peut causer des graves à un tiers, à vous-même ou sur des biens.

Ainsi, s’il y a des vides dans votre assurance multirisque habitation actuelle, vous pourrez souscrire des garanties optionnelles pour vous protéger au mieux.

Assurez-vous d’être couvert contre des sinistres onéreux tels que :

  • Les inondations. Vous avez percé un mur au mauvais endroit et une canalisation a été endommagée ;
  • Les incendies. Vous n’avez pas éteint votre fer à souder après utilisation. Un feu a détruit certains de vos biens ;
  • Les explosions.

Faire marcher sa responsabilité civile

Intégrée à votre contrat d’assurance habitation, la responsabilité civile assure l’indemnisation de tiers (passant, voisin) en cas de dommages corporels ou préjudices subis du fait de la réalisation de travaux. Vous pouvez demander une extension de garantie contre contre les dommages aux biens afin d’étendre votre protection et de couvrir vos biens mobiliers contre les altérations, la casse et autres.

Vous êtes propriétaire ? Bien que vous n’ayez pas d’obligation d’assurance habitation de par votre statut, il est nécessaire de vous protéger avec la garantie responsabilité civile le temps des travaux.

À noter qu’un ouvrier non déclaré peut se retourner contre vous en cas d’accident lors des travaux. C’est un risque à prendre en compte !

Recourir à une Assurance Accidents de la Vie

Elle vous protège vous et éventuellement votre famille contre des accidents de la vie courante. Souvent, lors de la réalisation de travaux, l’assuré se blesse tout seul. Il lui est donc impossible de se retourner contre quelqu’un pour être indemnisé du préjudice subi.

Avec l’Assurance Accidents de la Vie, l’assureur vous indemnise, même si vous êtes tenu pour responsable de l’accident.

Cette garantie couvre aussi la perte de revenus en cas d’impossibilité de travailler.

Malfaçon, quel risque encourez-vous ?  

En cas de revente du bien immobilier dans les 10 années qui suivent les travaux, vous serez tenu pour responsable des malfaçons menaçant la solidité de votre logement. En effet, si des travaux de peinture ou de plâtrage d’un mur sont relativement sans risque, d’autres au contraire , si mal réalisés, peuvent représenter un vrai danger entre le risque d’incendie ou d’effondrement.

C’est pourquoi, pour certaines réalisations affectant la structure du bien, il vaut mieux faire appel à un personnel qualifié.

Quelles précautions prendre avec un professionnel ?

Après mûre réflexion vous préférez opter pour l’intervention d’un professionnel ? Quelques précautions sont à prendre.

Confirmer la couverture des risques pendant les travaux

Que vous réalisiez vos travaux seul ou avec un prestataire, assurez-vous que vos biens mobiliers et que les espaces concernés par les travaux soient couverts par votre assurance.

Aussi, rapprochez-vous de votre maître d’oeuvre et assurez-vous qu’il dispose bien d’assurances performantes qui le couvrira en cas de dommages causés à vos biens mobiliers et immobiliers.

Demandez à recevoir le certificat de responsabilité civile de votre prestataire afin de vous assurer qu’ils seraient couverts, lui et ses ouvriers, en cas de préjudices physiques sur le lieu du chantier.

L’assurance dommages-ouvrage

Obligatoire, l’assurance dommages-ouvrage doit être souscrite auprès de l’assurance de son choix par une personne physique ou morale qui peut être :

  • le propriétaire de l’ouvrage
  • le vendeur de l’ouvrage
  • le mandataire du propriétaire de l’ouvrage

Cette assurance permet, en cas de sinistre et sans attendre une décision de justice, d’être remboursé de la totalité des travaux de réparation des dommages couverts par l’assurance décennale.

La garantie responsabilité décennale

Cette garantie, obligatoire, impose au prestataire de réparer les dommages causés à la structure de votre habitation et qui rendrait impropre son occupation.

Cette garantie court sur dix ans après la fin des travaux entrepris.

La garantie du parfait achèvement

Le professionnel est tenu de réparer les dommages qui résulteraient d’une malfaçon durant l’année suivant l’achèvement des travaux.

Pour cela, vous pouvez lui adresse une lettre recommandée avec accusé de réception de mise en demeure, l’obligeant à réparer les malfaçons en question.

En cas de litige, vous pouvez saisir les tribunaux compétents en fonction du montant du préjudice :

  • Moins de 4 000 € : juge de proximité ;
  • Entre 4 000 € et 10 000 € : tribunal d’instance ;
  • Plus de 10 000 € : tribunal de grande instance.

Si vous en avez souscrit une, l’assurance protection juridique peut être particulièrement intéressante dans ce type de situation. Elle vous accompagne dans vos démarches et avancent vos frais de justice.

Quels impacts sur le tarif de votre assurance habitation ?

Le montant de votre assurance habitation peut évoluer en fonction des aménagements réalisés.

Votre prime sera amenée à baisser s’il s’agit d’une rénovation d’une toiture ou l’installation d’un système d’alarme. Le risque de sinistre sur votre logement sera effectivement plus faible.

Si en revanche, ces travaux génèrent une prise de valeur de votre logement, de part une extension ou l’acquisition de nouveaux appareils électroménagers, votre assurance habitation risque elle aussi d’augmenter. En effet, plus la valeur de votre bien et le montant d’indemnisation en cas de sinistres sont hauts, plus votre assurance sera onéreuse.

Faites le point avec votre conseiller pour y voir plus clair et assurez-vous que votre police d’assurance soit toujours valide.

Sur le même thème

Comment fonctionne la garantie des dommages électriques ?

Une coupure de courant suite à un orage ? Une tension électrique anormale due à la foudre ? Un accident EDF ? Autant d’événements qui peuvent endommager vos appareils électriques ? Votre assurance, plus précisément la garantie des dommages électriques, peut indemniser tout ou une partie des dégâts sur votre électroménager, dans certains cas.

Responsabilité civile : pourquoi est-elle essentielle ?

Le propre d’une responsabilité civile est l’obligation de réparer un préjudice occasionné à un tiers : l’assurance se substitue au responsable pour dédommager la victime. Sans responsabilité civile, l’intégralité des dommages est à la charge du responsable de l’incident. Cette couverture est donc indispensable pour éviter les mauvaises surprises financières! Si on l’associe souvent au contrat multirisque habitation, la responsabilité civile existe également sous d’autres formes.

Protection de votre maison pendant vos vacances : quelques conseils de prévention

Si le mot « vacances » rime avec farniente, dépaysement, lâcher prise… il n’en reste pas moins qu’un départ, ça se prépare. Certains gestes et certaines vérifications s’imposent, notamment pour sécuriser votre habitation. Petit tour d’horizon des précautions à prendre avant le jour J.

Comment assurer votre piscine ?

Pour être couverte, la piscine doit être déclarée à l’assureur, au moment de la souscription de l’assurance ou de l’installation de la piscine. Sans cette déclaration, en cas de sinistre, les dommages qui affecteraient votre installation ne seraient pas pris en charge.

Sécurité piscine : les solutions pour rester serein

La loi de sécurisation des piscines a diminué d’un tiers le nombre d’accidents domestiques liés à la possession d’un bassin ; parallèlement, le nombre de personnes qui s’équipent est en constante augmentation. Si la loi de 2004 impose un système de sécurité à tous les propriétaires de piscines privées, elle n’est pas la solution miracle pour empêcher le drame : la vigilance de l’adulte est irremplaçable.  

Plus d'actualités...

Assurance scolaire : ce qu’il faut savoir

26 août 2021 - Autres Assurances, Habitation

Rentrée des classes oblige, vous devez fournir une assurance scolaire. Mais quand est-elle utile ? Q [···]

Lire la suite >

Camping : quels risques sont couverts par mon assurance ?

29 juin 2021 - Habitation

Vol de vos affaires, blessure, annulation de dernière minute, les risques de vous gâcher vos vacance [···]

Lire la suite >

Loi Hamon : le décret décrypté

3 août 2015 - Auto, Habitation

Le projet de décret d’application de la loi Hamon ou loi sur la consommation, vient d’être soumis à [···]

Lire la suite >