Menu
Aide

Location vacances : comment choisir une assurance habitation ?

Devis assurance habitation

Vous louez une maison de vacances cet été ou mettez temporairement en location votre résidence secondaire ? Comment être bien assuré ? 
Faites le point avant de boucler vos valises ou de confier les clefs de votre maison à vos locataires.

Vous louez un logement de vacances

Vous n’avez légalement pas d’obligation de souscrire une assurance. Cependant, le propriétaire du logement de vacance que vous louez est en droit d’exiger une attestation de responsabilité civile. Votre assureur pourra vous fournir ce justificatif.

 

Certaines assurances multirisque habitation incluent une responsabilité civile « villégiature ». Elle permet de transférer les garanties de votre contrat au bien occupé pendant les vacances. Si votre assurance n’offre pas cette possibilité, vous pouvez actionner une option temporaire, souvent payante, ou souscrire un contrat spécifique pour une courte durée.

 

Quelle que soit l’option choisie, que la location soit meublée ou non, vous serez ainsi couvert a minima en cas de sinistre (dégât des eaux, incendie, bris et casse de mobilier…). Des contrats plus généreux offrent en plus une couverture de vos effets personnels si vous êtes, par exemple, victime d’un cambriolage sur votre lieu de vacances.

De plus, il existe des assurances spécifiques qui vous protègent en cas de pépin qui pourraient gâcher les vacances. C’est le cas du vol des bagages ou l’annulation des vacances pour cause de maladie. Elles coûtent quelques dizaines d’euros, selon la taille du foyer.

 

Vous êtes propriétaire d’un logement mis en location

Votre compagnie d’assurance doit être prévenue si vous proposez un logement à la location pendant la période estivale. De nombreux contrats d’assurances proposent une extension de garantie, payante ou non, pour les locations saisonnières.

Grâce à elle, vos locataires sont couverts si, par exemple, ils se blessent à votre domicile. Cependant, cette extension de garantie ne vous protège pas contre les dégâts que les vacanciers pourraient causer à votre habitation.

Par exemple, le petit dernier de la famille a pris un bain et a mal refermé le robinet : résultat, un dégât des eaux. Votre assurance vous indemnisera puis se retournera contre le locataire et son assurance. L’intérêt pour vous est d’avoir un seul interlocuteur et une indemnisation rapide.

Ces extensions de garantie fonctionnent quel que soit le bien mis en location qu’il s’agisse de votre propre maison de vacances, un gîte, une chambre d’hôte ou un studio dédié à la location.

 

Si, au moment du départ des locataires, vous constatez une tâche suspecte sur un canapé, le grille pain en vrac ou encore de la vaisselle subtilisée, inutile d’avoir une assurance spécifique. Retenez simplement les frais de nettoyage ou de remplacement sur la caution exigée au départ. Si le montant des dégâts est supérieur au dépôt de garantie, vous devrez compter sur votre assurance.

Une police globale de location de vacances doit pouvoir couvrir les dommages accidentels (et les dommages malveillants) causés sur vos biens. Par exemple, les appareils électroménagers endommagés ou les meubles cassés.

 

Souscrire une assurance contre les imprévus

Malheureusement, des accidents se produisent souvent dans les logements de vacances. Les glissades, les noyades ou encore les chutes sont des accidents courants.

Une assurance responsabilité civile pour les locations de vacances est indispensable. Elle vous permet de vous prémunir contre d’éventuels tracas juridiques et demandes d’indemnisation lorsque vous proposez votre logement de vacances à la location.

Par exemple, un vacancier (ou même un ami) glisse et tombe dans votre location. Il est alors en droit de vous poursuivre en justice (mais dans ce cas là, est-ce vraiment un ami ?). Vous feriez face à une bataille judiciaire probablement coûteuse et pourriez être condamné à lui verser des indemnités à la hauteur du préjudice subi.

L’assurance responsabilité civile vous indemnisera de votre obligation légale de payer des dommages et intérêts et des frais de justice. Elle vous couvre aussi, vous ou vos invités, si la propriété d’autrui est endommagée. Exemple : en cas d’incendie ou d’inondation de l’appartement situé en dessous du vôtre.

 

Attention aux cambrioleurs

Malheureusement, les cambriolages dans les locations de vacances, occupées ou non, sont fréquents. Les voleurs sont souvent tentés par l’argent liquide et les objets de valeur des vacanciers.

Il vous est impossible de garantir que vos locataires ne soient pas tête en l’air et oublient de verrouiller les portes et fenêtres la nuit ou lorsqu’ils s’absentent. C’est pourquoi, il est prudent de s’assurer couvre le vol par « entrée non forcée ».

 

Dans le cas où vous déposez vos clés, à destination de vos vacanciers, sous le paillasson ou un pot de fleurs, vous assurance ne vous indemnisera pas en cas de cambriolage. En effet, le risque que de potentiels voleurs les trouvent et en profitent pour dérober vos effets personnels est grand. Utilisez plutôt un Keysafe pour entreposer vos clés en toute sécurité.

 

Vérifiez les mesures de sécurité exigées par l’assureur, telles que :

  • les serrures,
  • les volets
  • des barres de sécurité spécifiques aux fenêtres.

Si vous ne mettez pas en œuvre les mesures de sécurité requises, vous risquez d’invalider les demandes d’indemnisation pour vol.

Rappelez aux vacanciers dans le contrat de réservation qu’il leur incombe de souscrire une assurance voyage pour couvrir leurs biens personnels.

Attention, si le vol commis par des clients, la plupart des assureurs l’excluent en standard.

Vous passez par un site spécifique de location saisonnière

De nombreux site de location temporaire entre particuliers, de type Airbnb, proposent une garantie minimum pour les dégradations. En tant que propriétaire, vous pourrez l’actionner, dans la limite de plafonds précis, par exemple 800 000 euros pour Airbnb, si le locataire a abîmé votre logement ou le mobilier qui s’y trouve.

 

Que se passe-t-il si votre location devient inhabitable ?

Dans le cas où votre location de vacances est occupée au moment d’un sinistre assuré qui la rend inhabitable, vous devrez proposer une solution de relogement. Votre assurance doit couvrir les frais d’une location de vacances ou d’un hôtel similaire.

Sur le même thème
Dans l'actualité

Pas d'actualités trouvées