Menu
Aide

Chambre d'hôtes : quelle assurance choisir ?

Devis assurance habitation

En France près 23 000 foyers proposent 60 000 chambres chez l’habitant. Auparavant peu encadrée, l’activité de chambre d’hôte est maintenant régie par certaines règles. Aussi, il est recommandé de s’assurer contre les risques spécifiques à cette activité. Cependant, cette couverture peut varier selon le type de logement mis à disposition à la location, son mobilier ou encore le type d’activité proposé.

Nos conseils pour choisir la meilleure formule pour protéger vos biens et vos visiteurs en cas de sinistre.

Qu’est ce qu’une chambre d’hôte ?

Une chambre d’hôte est une chambre meublée chez l’habitant, en appartement ou maison, proposée pour une ou plusieurs nuits. Cette location peut être assortie de services (au minimum le petit-déjeuner et la fourniture du linge de maison) et doit respecter certaines obligations : l’affichage des prix, respecter certaines conditions d’accueil, avoir une immatriculation ou encore l’affiliation à la Sécurité sociale.

La capacité d’accueil du logement est limité à 5 chambres et à 15 personnes hébergées en même temps. Au delà, l’exploitant devra se conformer à la réglementation qui régit les hôtels et les établissements recevant du public.

Comment déclarer votre activité ?

Exploiter une chambre d’hôte à l’année ou en saison constitue une activité professionnelle qui doit être déclarée et respecter certaines obligations légales. En effet, la réglementation et plus précisément les obligations en matière d’assurance se sont durcies face au développement de ce nouveau type de tourisme.

La première chose à faire au démarrage de cette activité est de la déclarer en mairie. Cette déclaration doit indiquer :

  • Votre identité ;
  • Les coordonnées de votre domicile ;
  • Le nombre de chambres mises en location ;
  • Le nombre maximum de personnes pouvant être hébergées ;
  • Les périodes de location prévues.

Ce formulaire de déclaration peut être soit retiré en mairie ou alors à télécharger.

⚠️ L’absence de cette déclaration peut être sanctionnée par une amende de 450 €.

L’hébergeur, quel que soit le revenu dégagé par son activité, se doit de s’inscrire au RCS ou de s’immatriculer auprès du CFE de la chambre de commerce.

Si cette activité est exercée sur une exploitation agricole par son exploitant, elle est considérée comme un complément de revenu de l’activité principale. Les loueurs sont alors tenus de s’immatriculer auprès du CFE de la chambre d’agriculture.

En revanche, pour les retraités ou les personnes pour qui héberger des visiteurs est occasionnel, aucune immatriculation n’est nécessaire.

La déclaration auprès de votre assureur

Votre habitation principale, couverte par une assurance multirisque habitation (MRH) est maintenant un lieu d’hébergement touristique. Votre contrat d’assurance ne couvre pas tous les risques associés à cette activité : intoxication alimentaire, vol des affaires dans l’hébergement, glissade en bord de piscine.. Il convient donc d’en informer votre assureur.

Choisir la bonne formule

Lorsque l’activité d’hébergement est occasionnelle et ne concerne qu’une chambre, une simple souscription à une extension des garanties de votre contrat d’assurance habitation existant suffit. Cet avenant à votre contrat vous permettra à minima de faire jouer votre Responsabilité Civile en cas de sinistres. Elle vous sera utile si l’un de vos clients a un accident ou que vous causez un dommage à un tiers.

Si le nombre de chambre est plus important ou qu’il s’agit d’une activité professionnelle sur le long terme, il est fortement recommandé de souscrire une assurance spécifique. Elle sera adaptée aux spécificités de votre logement et vous couvrira des risques inhérents à votre activité tels que :

  • les vols de fond de caisse,
  • le vol des effets appartenant aux locataires,
  • les vols et dommages des véhicules des locataires garés sur le parking privatif,
  • les risques liés aux activités proposées,
  • les intoxications alimentaires.

Comment la choisir ?

Élément le plus important : le coût de votre mobilier. La déclaration de cette somme vous aidera dans le choix de votre assurance. Vous avez égaré la facture de votre secrétaire Louis XV ? Appuyez-vous sur un expert ou un antiquaire. Il vous aidera à évaluer votre capital mobilier. Avec ce montant, regardez les plafonds d’indemnisation de votre assurance. Choisissez un chiffre supérieur ou égal au montant de vos biens. Certains assureurs vont jusqu’à plusieurs dizaines de millions d’euros.

Vous souhaitez préserver les biens de vos hôtes ? Choisissez de couvrir leurs bagages, effets personnels et véhicules contre le vol lorsqu’ils séjournent chez vous. Cependant, gardez à l’esprit qu’ils ne seront pas protégés dans toutes les situations. Le vol de leur carte bancaire, de leurs bijoux ou de leur téléphone portable est en général exclu du contrat d’assurance.

Le choix de votre contrat dépendra aussi des activités que vous proposez. Sont-elles risquées ? En plus des chambres, proposez-vous à la location des barques ou vélos ? Protégez-vous contre les dommages corporels de vos clients et les vols et dégradations potentiels sur vos biens.

Il existe par ailleurs des clauses d’extensions de l’assurance habitation couvrant des risques particuliers comme la perte d’activité.

Vos pertes financières

Votre activité vous rapporte peu d’argent ? Ajoutez une garantie pertes financières à votre responsabilité civile. Elle est souvent comprise dans les packs ou les options chambres d’hôtes proposés par les assureurs. Vous subissez une catastrophe naturelle, un incendie, un dégât des eaux ? Si cet accident vous empêche d’accueillir vos hôtes votre assurance vous dédommage, en partie. Plusieurs éléments pèsent dans la somme que l’assureur vous verse :

  • Les dégâts doivent être causés par un événement qui est déjà garanti dans votre contrat de départ ;
  • Un expert évalue ensuite le montant de vos dégâts. Pour votre indemnisation, les assureurs se basent, en général, sur vos revenus de l’année précédant l’accident. Vous percevez souvent un montant limité : 1000, 1500, 2000 euros par mois selon les formules. Parfois, il n’est pas fixe et dépend du prix de location de la chambre.

Comme toujours, le mieux est de recourir à un comparateur d’assurances : quelles sont les différentes garanties ? La franchise appliquée ? Et faites jouer la concurrence.

Sur le même thème

Comment fonctionne la garantie des dommages électriques ?

Une coupure de courant suite à un orage ? Une tension électrique anormale due à la foudre ? Un accident EDF ? Autant d’événements qui peuvent endommager vos appareils électriques ? Votre assurance, plus précisément la garantie des dommages électriques, peut indemniser tout ou une partie des dégâts sur votre électroménager, dans certains cas.

Responsabilité civile : pourquoi est-elle essentielle ?

Le propre d’une responsabilité civile est l’obligation de réparer un préjudice occasionné à un tiers : l’assurance se substitue au responsable pour dédommager la victime. Sans responsabilité civile, l’intégralité des dommages est à la charge du responsable de l’incident. Cette couverture est donc indispensable pour éviter les mauvaises surprises financières! Si on l’associe souvent au contrat multirisque habitation, la responsabilité civile existe également sous d’autres formes.

Protection de votre maison pendant vos vacances : quelques conseils de prévention

Si le mot « vacances » rime avec farniente, dépaysement, lâcher prise… il n’en reste pas moins qu’un départ, ça se prépare. Certains gestes et certaines vérifications s’imposent, notamment pour sécuriser votre habitation. Petit tour d’horizon des précautions à prendre avant le jour J.

Comment assurer votre piscine ?

Pour être couverte, la piscine doit être déclarée à l’assureur, au moment de la souscription de l’assurance ou de l’installation de la piscine. Sans cette déclaration, en cas de sinistre, les dommages qui affecteraient votre installation ne seraient pas pris en charge.

Sécurité piscine : les solutions pour rester serein

La loi de sécurisation des piscines a diminué d’un tiers le nombre d’accidents domestiques liés à la possession d’un bassin ; parallèlement, le nombre de personnes qui s’équipent est en constante augmentation. Si la loi de 2004 impose un système de sécurité à tous les propriétaires de piscines privées, elle n’est pas la solution miracle pour empêcher le drame : la vigilance de l’adulte est irremplaçable.  

Nids de guêpes : mon assurance habitation me couvre-t-elle ?

Les beaux jours arrivent, le thermostat grimpe doucement mais sûrement et les arbres bourgeonnent. Seule ombre au tableau, le printemps rime aussi avec le retour de certains nuisibles, comme les guêpes et frelons asiatiques. La situation peut vite devenir dangereuse, particulièrement si des personnes vulnérables vivent dans votre logement. Il vaut donc parfois mieux détruire leur nid pour éviter tous risques de piqûres et réactions allergiques. 

Assurance colocation : comment être bien assuré ?

Pour cause de loyers élevés ou envie de vivre une vie à la Friends, de plus en plus de monde opte pour la colocation. Une vie en communauté qui a ses inconvénients comme ses avantages. Côté assurance habitation , quelles précautions s’imposent pour être bien indemnisé en cas de sinistre ?

Se protéger face à un orage

L’orage peut causer de nombreux dégâts : de votre équipement électrique endommagé à la toiture abîmée, ce phénomène météorologique peut vous coûter très cher. Comment vous couvrir face à ce risque ? Quelles sont les étapes à suivre pour se faire indemniser ? On vous explique.

Quelle assurance pour un étudiant ?

Être étudiant implique de nombreux changements dans la vie. Pour vivre sereinement votre indépendance, il va falloir passer par plusieurs étapes : premiers appartements, jobs, stages ou encore voitures… Pour vous faciliter les choses, nous vous proposons une offre rentrée concernant l’assurance habitation, auto et santé.

Comment assurer une copropriété ?

Vous êtes propriétaire dans une copropriété ? Saviez-vous que depuis la loi Alur du 24 mars 2014, l’immeuble doit être assuré au moins en ce qui concerne la responsabilité civile ? Chaque copropriétaire a aussi l’obligation de souscrire une responsabilité civile, qu’il soit propriétaire occupant ou non. On vous en dit plus sur les formules les plus intéressantes pour vous protéger au mieux sans vous ruiner.

Plus d'actualités...

Assurance scolaire : ce qu’il faut savoir

26 août 2021 - Autres Assurances, Habitation

Rentrée des classes oblige, vous devez fournir une assurance scolaire. Mais quand est-elle utile ? Q [···]

Lire la suite >

Camping : quels risques sont couverts par mon assurance ?

29 juin 2021 - Habitation

Vol de vos affaires, blessure, annulation de dernière minute, les risques de vous gâcher vos vacance [···]

Lire la suite >

Loi Hamon : le décret décrypté

3 août 2015 - Auto, Habitation

Le projet de décret d’application de la loi Hamon ou loi sur la consommation, vient d’être soumis à [···]

Lire la suite >