Le reste à charge zéro : pour un accès aux soins à tous

RAC 0, reste à charge zéro, contrat responsable … beaucoup de termes ont été employés pour parler de la nouvelle réforme santé du gouvernement. Cette réforme se met en place en moins de 3 ans, avec des modalités différentes selon le secteur mais apporte chaque année des améliorations. Elle sera complètement en place le 1er janvier 2021.

Pourquoi la réforme du reste à charge zéro ?

La France est l’un des pays de l’OCDE qui laisse le moins directement des dépenses de santé à la charge des ménages.

On entend par “reste à charge”, ce qui vous reste à payer une fois le remboursement de votre mutuelle .

Néanmoins, la part couverte par l’assurance maladie obligatoire y est plus faible dans 3 secteurs de santé : l’optique, le dentaire et l’audition.

C’est alors que rentre en jeu les assurances complémentaires. Elles deviennent alors la principale source de remboursement.

À savoir que vos mutuelles complémentaires s’appuient souvent sur des réseaux de soins.

La fixation des prix, quant à elle, se fait librement dans ces domaines et est décorrélée des tarifs de remboursements.

Ce reste à charge qui reste élevé sur ces domaines a pour conséquence directe, un taux de renoncement aux soins pour des raisons financières élevées.

Quels sont les objectifs de cette réforme ?

L’objectif principal de cette réforme est de diminuer le renoncement aux soins pour des raisons financières.

Ce projet  répond à la fois un enjeu social mais aussi de santé.

Il a pour vocation d’améliorer l’accès à ses dispositifs ce qui permettrait pour beaucoup une meilleure qualité de vie.

Exemple : Aujourd’hui c’est près de 6 millions de personnes qui sont malentendantes en France. Mais seulement 30 % sont appareillées.

Chacun a ses goûts et ne souhaite pas obligatoirement avoir des limites dans ses choix. C’est pourquoi cette réforme ne vous impose en rien de bénéficier de ces “paniers” reste à charge zéro.

Vous restez libre de prendre des prestations supérieures.

Concernant les mutuelles, elles continueront de vous proposer les offres de couverture qui leur semblent les plus pertinentes.

Dernier point : l’amélioration de la lisibilité et de la comparaison de tous les contrats de mutuelle santé.

Vous avez pu vous sentir perdu face à différents documents. Il est donc important que tous les assureurs vous proposent une manière uniforme de communiquer  (particulièrement sur les tableaux de garantie).

Femme tapant sur son ordinateur avec sur le côté Faites des économies et un bouton rouge faire un devis

Quels sont les secteurs concernés par cette réforme ?

Le secteur de l’optique

D’ici 2021, quand vous vous rendrez chez l’opticien, il y aura des montures sans reste à charge zéro. Ces montures coûteront 30 euros maximum et vous seront intégralement remboursées.

Au choix, 17 modèles pour adultes et 10 pour enfants. Tous seront proposés en deux coloris.

Quant aux verres, ils devront être antireflets, durcis et amincis. Le prix maximal par verre dépendra de la correction et varie entre 32,50 et 170 €.

Les verres progressifs ne sont pas compris dans ce panier.

Pour les personnes pour qui le choix des 17 montures est trop limité, pas de problème.Vous pouvez faire un mélange entre une monture plus chère et des verres reste à charge.

Comme à l’heure actuelle, le changement de lunettes continuera de se faire tous les deux ans.

Le secteur dentaire

Pour vos dents, seront prises en charge les prothèses céramiques qui concernent les dents visibles de devant ainsi que les couronnes métalliques pour les dents non visibles.

C’est aussi près de la moitié des bridges, couronnes et pivots qui devraient être pris en charge à 100%.

Comme pour vos lunettes, vous pourrez opter pour des soins plus chers mais avec des tarifs plafonnés.

Le secteur des audioprothèses

Dernier secteur : les audioprothèses.

Le reste à charge zéro touchera tous les types d’appareils avec au moins 12 niveaux de réglage et un suivi une fois par an. Un seuil maximal est tout de même fixé à 950 € par oreille.

Pour le renouvellement de vos appareils, comptez 4 ans.

Pareillement que pour vos dents ou vos yeux, vous pourrez opter pour des modèles plus haut de gamme. Leurs prix, eux, seront fixés librement et le remboursement se fera en fonction de votre complémentaire santé.

Les tarifs de ma mutuelle vont-ils augmenter ?

C’est sûrement la première question que vous vous posez.

Même si le Ministère de la Santé se veut rassurant, une hausse tarifaire est à prévoir suite à cette réforme.

La réforme veut que l’accès aux soins soit plus abordable pour tous. C’est pour cela que le gouvernement a demandé aux assureurs d’avoir les garanties basiques similaires et plus élevées.

Parlons chiffres : selon une enquête du Parisien du 22 octobre 2018, une hausse moyenne de 6,8 % au terme des trois ans est à prévoir pour tous.

Les retraités seraient quant à eux encore plus touchés avec une augmentation pouvant aller jusqu’à 9,4%.

Afin de limiter cette augmentation dans votre portefeuille, comparez !

Cette réforme se met en place petit à petit. Elle change le paysage français des mutuelles santé et peut avoir une répercussion sur vos primes mensuelles dans le futur, à la fois dans vos garanties mais aussi pécuniairement.


Comparez pour économiser !

Scroll Up