Menu
Recherche
Aide

Comment bien s'assurer lors de la conduite accompagnée ?

Pensez à déclarer à votre assurance votre enfant en conduite accompagnée !

Devis assurance auto

Votre enfant vient d’avoir 15 ans et peut démarrer l’apprentissage de la conduite en conduite accompagnée. En plus de lui offrir une expérience derrière le volant au cours de laquelle il adoptera tous les réflexes indispensables sur la route, elle lui permet d’accéder à des formules d’assurance auto jeune conducteur moins chère. On vous explique tout. 

Pourquoi opter pour la conduite accompagnée ?

Votre enfant de 15 ans a obtenu son code de la route. Maintenant qu’il a validé la théorie il est temps de passer à la pratique. Et pour une acquisition pérenne des réflexes au volant vous avez tout intérêt à opter pour l’apprentissage anticipé de conduite (AAC), aussi appelé conduite accompagnée.

Cette méthode d’apprentissage présente de nombreux avantages :

  • La possibilité de tenter l’examen de passer son permis de conduire dès 17 ans ;
  • Plus de sérénité sur la route ;
  • Une période probatoire plus courte qui passe de 3 à 2 ans ;
  • Un tarif d’assurance auto plus intéressant du fait de son expérience au volant.

Ce dernier point mérite d’être un peu plus expliqué.

Une assurance auto moins chère

Les assurances auto pour jeunes conducteurs sont souvent très onéreuses. En général, les assureurs leur appliquent une surprime de 100%. La raison ? Selon les statistiques, les jeunes conducteurs causent plus d’accidents de la route. Souvent plus graves, ces sinistre coûtent particulièrement chers aux assureurs, qui le répercutent sur la prime d’assurance.

Ce risque est moins important avec les automobilistes qui ont appris la conduite en conduite accompagnée ou supervisée. En effet, du fait de votre expérience vous savez mieux anticiper le danger et adopter une conduite adaptée en cas de circonstances périlleuses : freinage d’urgence, dépassement compliqué, intempéries… C’est pourquoi les compagnies d’assurance vous accordent un bonus plus intéressant et donc un tarif d’assurance plus abordable.

 

Nos conseils pour baisser le coût de l'assurance auto

Je découvre

 

Conduite accompagnée : quelles démarches faire auprès de son assurance ?

Pour rouler en toute sécurité en conduite supervisée ou accompagnée, certaines démarches sont obligatoires, notamment auprès de l’assurance de l’accompagnateur.

 

Demander une extension de garantie de votre assurance auto

Que vous soyez parent proche ou éloigné, ami ou compagnon, si vous êtes accompagnateur ou superviseur de conduite, vous devez rapidement le déclarer auprès de votre assureur de la façon suivante :

  • Une fois l’obtention du code de la route par l’apprenti conducteur et le suivi d’au moins 20 heures de cours de conduite avec un moniteur, demandez à l’auto-école de vous fournir l’Attestation de fin de formation initiale (AFFI). Ce document est indispensable à votre assureur pour vous accorder une extension de garanties.
  • L’assureur effectue un avenant à votre contrat pour l’adapter à votre nouvelle situation. Vous recevez donc une nouvelle attestation d’assurance auto. Vous et le conducteur en herbe êtes désormais bien assurés pour la conduite accompagnée.

Cette extension d’assurance est généralement gratuite. Cependant, selon les compagnies d’assurance, cette modification de contrat peut entraîner un surcoût de 10 à 20 euros. Certains assureurs accompagnent cette modification d’une augmentation de la franchise.

 

L’assurance refuse de couvrir l’apprenti conducteur

La demande d’élargissement du contrat d’assurance auto à l’apprenti conducteur est généralement acceptée sans difficulté. Cependant, il se peut que votre profil pose problème et que votre assureur refuse cette extension. C’est notamment le cas si vous comptez plusieurs sinistres responsables dans votre historique de conduite ou que vous êtes malussé-résilié. C’est aussi le cas si vous avez été condamné pour certains délits routiers : fuite, alcool au volant, homicide ou blessures involontaires, refus d’obtempérer, suspension de permis… La compagnie d’assurance peut estimer que vous êtes un conducteur à risque et que vous n’êtes pas à même de superviser la conduite d’un novice au volant.

La solution ? Demandez un proche qui a un meilleur passif que vous d’être le tuteur de votre enfant. Il doit accepter de l’accompagner avec son propre véhicule. Vous ne pourrez pas vous substituer à lui, cela pourrait poser problème en cas d’accident.

 

Que faire en cas d’accident au cours d’une séance de conduite accompagnée ?

En tant qu’accompagnateur du conducteur et titulaire du contrat d’assurance auto qui vous couvre, vous serez directement impacté en cas d’accident.

Si un autre véhicule est impliqué et qu’il ressort du constat amiable que vous êtes entièrement ou partiellement responsable de l’accident, c’est votre malus qui sera impacté. La conséquence : une augmentation de votre cotisation d’assurance.

Si l’accrochage concerne uniquement votre voiture et que les dégâts sont légers, vous n’avez pas intérêt à déclarer l’accident à votre assurance.

Si vous considérez que la conduite de votre apprenti conducteur n’est pas sereine, voire dangereuse, vous pouvez demander à ce qu’il réalise des leçons de conduite supplémentaires. Aussi, pour qu’il gagne en confiance, démarrez par une conduite sur de courtes périodes sur des routes peu fréquentées.