Menu
Recherche
Aide

Comment passer votre contrôle technique ?

Le justificatif du contrôle technique n’est pas obligatoire lors de la souscription d’une assurance auto. Pourtant, il est obligatoire que le véhicule puisse rouler en règle.

Devis assurance auto

Le contrôle technique est obligatoire pour les véhicules particuliers dont le PTAC est inférieur ou égal à 3,5 tonnes. Ce contrôle est périodique et doit être organisé dans un organisme agréé, au frais du propriétaire du véhicule.

Qu’est ce que le contrôle technique ?

Le contrôle technique est obligatoire en France depuis le 1er janvier 1992. L’objectif de ce contrôle est de garantir la sécurité des usagers de la route en mettant hors de circulation les véhicules dangereux ou hors état de marche.

Si à l’origine le contrôle concernait uniquement les véhicules légers de moins de 3,5 tonnes, il a depuis évolué.

Véhicules concernés Fréquence de contrôle
Voitures particulières (thermique, hybride, électrique) Dans les 6 mois qui précèdent les 4 ans de la première immatriculation, puis tous les 2 ans
Voitures sans permis (VSP) Dans les 6 mois qui précèdent les 4 ans de la première immatriculation, puis tous les 2 ans
Véhicules de collection mis en circulation à partir de 1960 Tous les 5 ans
Véhicules de collection mis en circulation avant 1960 Dispensés de contrôle technique
Véhicules utilitaires légers Dans les 6 mois qui précèdent les 4 ans de la première immatriculation, puis tous les 2 ans
Véhicules de transport de marchandises (camions et leur remorques) Chaque année
Véhicules de transport en commun de personnes (autobus et autocars) Tous les 6 mois

 

En plus de cette périodicité, le contrôle technique est obligatoire lors de la vente ou de la cession gratuite du véhicule, sans quoi, la carte grise ne pourra être modifiée. Si la voiture nécessite une contre-visite, son propriétaire remet à l’acquéreur le procès-verbal de contrôle technique, mentionnant la nécessité de passer une contre visite avec la liste des défauts constatés. Néanmoins, la vente devra forcément être réalisée entre la date à laquelle le contrôle technique a été réalisé, et la date limite de contre visite. Le propriétaire a donc un délai de 2 mois pour vendre sa voiture.

La seule situation dans laquelle le contrôle technique n’est nécessaire, c’est si vous vendez votre véhicule à un professionnel. C’est ce dernier qui se chargera de le réaliser en vue de vendre ensuite la voiture.

 

Attention, le contrôle technique est différent des révisions. Ces dernières servent au contrôle régulier et à l’entretien de votre voiture pour maintenir son bon état de marche.

À savoir : en plus de votre contrôle technique, il est maintenant obligatoire dans les grandes métropoles de vous munir d’une vignette Crit’Air.

 

Quel est le prix d’un contrôle technique ?

Le centre de contrôle est libre de fixer librement le prix de son intervention et de l’éventuelle contre-visite. Il a en revanche pour obligation d’afficher clairement le tarif pratiqué dans son établissement.

Pour toutes prestations supérieures à 25 euros, le professionnel doit vous remettre une facture avec ses coordonnées, la date et le lieu d’exécution du contrôle. Un décompte en quantité et en prix des prestations et/ou produits vendus, la somme à payer (HT-TTC) ainsi que votre identité doivent aussi apparaître sur la facture.

La note doit être délivrée dès que la prestation est rendue et, en tout état de cause, avant le paiement.

 

À l’issue du contrôle, un procès-verbal dresse un état de chaque point vérifié sur le véhicule. Il est établi en double exemplaire et mentionne également :

  • la date du contrôle ;
  • l’identité du contrôleur ;
  • les caractéristiques du véhicule ;
  • l’identité du propriétaire.

Il doit vous donner un exemplaire du procès-verbal.

Sans aucun défaut sur votre véhicule, votre contrôleur vous délivre un récépissé. Il appose dans la foulée une vignette sur le pare-brise précisant le mois et l’année du prochain contrôle.

 

Comment préparer un contrôle technique ?

Il n’y a aucune obligation de réaliser des réparations avant de présenter votre véhicule au contrôle technique. Celles-ci ont pour simple vocation de vous faire gagner du temps en évitant une potentielle contre-visite. Voici quelques points simple à vérifier :

 

  • La direction. Vérifiez au volant, qu’il n’y a pas de jeu. Le braquage doit se faire sans difficulté. Si vous avez un doute, prenez rendez-vous chez un spécialiste sans attendre ;
  • L’identification du véhicule. Contrôlez la visibilité et la fixation de vos plaques d’immatriculation à l’arrière et à l’avant ;
  • La visibilité. Assurez-vous que le pare brise et les vitrages ne sont pas endommagés. Vérifiez la fixation et l’état de vos rétroviseurs (intérieur et extérieur) ;
  • L’éclairage / la signalisation. Contrôlez le bon fonctionnement de l’ensemble des feux : de position, de croisement, d’arrêt, de brouillard, les signaux de détresse, les clignotants ainsi que les catadioptres ;
  • L’adhérence. Vérifiez l’état et la pression de vos pneus. S’ils sont déformés, déchirés ou usés (moins de 1,6 mm de profondeur de sculpture) vous devez les changer. Attention, si vous en remplacez un, vous devez aussi changer celui au bout de l’essieu de sorte à ce qu’ils aient la même structure et des dimensions identiques ;
  • Les organes mécaniques. Vérifier les niveaux. Assurez-vous qu’il n’y aie pas de fuite de carburant ou d’huile. Contrôlez la bonne fixation du pot d’échappement, en le secouant légèrement à froid ;
  • Le freinage. Si lors du freinage, votre véhicule a tendance à se déporter à gauche ou à droite, c’est sans doute le signe de freins en mauvais état. Vous pouvez alors faire vérifier l’état des mâchoires et des  plaquettes. En cas de remplacement, prévoyez une période de rodage avant le contrôle technique ;
  • La pollution et le niveau sonore. Si vous constatez que les fumées d’échappement de votre véhicule sont suspectes au niveau de leur couleur ou de leur quantité il y a possiblement un problème au niveau du moteur. Un moteur mal réglé consomme souvent plus de carburant et pollue.

 

Après la vérification de tous ces éléments, votre contrôle technique se passera comme sur des roulettes.

 

Comment se déroule le contrôle technique ?

Le jour du contrôle technique, pensez bien à venir équipé de votre carte grise, ou certificat d’immatriculation, sans quoi le contrôle ne pourra pas avoir lieu.

Durant 30 à 45 minutes, le contrôleur va passer en revue 133 points de contrôle réglementaires. Afin de faciliter son travail, pensez bien à vider votre coffre et retirer vos rehausseurs et sièges bébé si vous en avez.

Les points de contrôles concernent les fonctions suivantes :

  • L’identification du véhicule : sa plaque d’immatriculation, ses documents,…
  • Sa direction : boîtier, volant,…
  • Sa visibilité : vitres, rétroviseurs, pare-brise,…
  • Ses équipements de freinage : disques, plaquettes,…
  • Son châssis et ses accessoires du châssis : carrosserie, sièges, portes et poignées
  • Ses feuxdispositifs réfléchissants et équipements électriques (en particulier ceux d’un véhicule électrique tels que la batterie, le câble de recharge, le coffre à batterie de traction…)
  • Ses essieuxrouespneussuspension
  • Les nuisances : bruit, pertes de liquide, pollution,…
  • Autre matériel : ceintures de sécurité, airbag, klaxon, indicateur de vitesse (avertisseur sonore)…

Le contrôleur a pu relever des défaillances lors de son examen. Celles-ci se classent de la façon suivante :

Défaillance mineure (162) Il n’y a aucune conséquence sur la sécurité du véhicule ou sur l’environnement
Défaillance majeure (362) A pour conséquence de compromettre la sécurité du véhicule et de ses passagers, d’impacter négativement l’environnement ou de mettre en danger les autres usagers des voies de circulation
Défaillance critique (144) Constitue un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou a une conséquence grave sur l’environnement

 

En fonction du nombre de défaillance constatée et de leur niveau de gravité, 3 résultats du contrôle sont possibles :

  • Favorable : pas de contre-visite nécessaire ;
  • Défavorable pour défaillance majeures : la durée de validité du contrôle technique est de 2 mois durant lesquels vous devez réparer les défauts constatés avant de représenter le véhicule pour la contre-visite ;
  • Défavorable pour défaillances critiques : la durée de validité du contrôlé technique est limitée au jour même. Cela signifie que vous n’avez plus le droit de circuler avec votre véhicule durant les 2 mois dont vous disposez pour faire réparer les défauts et représenter le véhicule pour la contre-visite.

 

Attention, passé le délai deux deux mois, la contre-visite ne peut plus être réalisée. Un nouveau contrôle technique devra donc être effectué.

 

Où faire son contrôle technique ?

Le contrôle technique doit être réalisé dans un centre de contrôle agréé par les autorités publiques. Vous pouvez consulter la liste de ces centres dans les préfectures, les sous-préfectures et sur le site de l’Organisme technique central du contrôle technique des véhicules.

Il est aujourd’hui très fréquent de pouvoir réserver son contrôle technique directement en ligne à la date et au créneau horaire de votre choix.

Bon plan économies : certains centres de contrôle proposent des réductions si vous passez l’examen le jour-même ou dans les jours qui suivent et qui leur permettent de remplir leur agenda.

 

Défaut de contrôle technique, quelles sont les sanctions ? 

Comme pour une infraction du code de la route, un défaut de contrôle technique ou de contre-visite peut être sanctionné. C’est passible d’une amende forfaitaire de 135 €. Celle-ci peut être minorée à 90 € ou majorée à 375 € en fonction du délai de paiement. En outre, votre véhicule risque l’immobilisation par les forces de l’ordre jusqu’à ce que le contrôle soit effectuée. Il se peut même que la voiture passe par la case fourrière si les réparations obligatoires n’ont pas été exécutées.

Le défaut de contrôle technique n’a en revanche aucun impact sur les points de votre permis de conduire.