BLOG

Vous trouverez ici toutes les réponses aux questions que vous pouvez vous poser en assurances auto, habitation, mutuelle... Des informations pratiques, surprenantes, amusantes à partager.

S’assurer contre les orages

L’orage peut causer de nombreux dégâts : de votre équipement électrique endommagé à la toiture abîmée, ce phénomène météorologique peut vous coûter très cher. Comment vous couvrir face à ce risque ? Quelles sont les étapes à suivre pour se faire indemniser ? On vous explique.  

Un orage

Quelle assurance me couvre en cas d’orage ?

Un orage est difficile à classer dans la prise en charge de votre assurance habitation.

En effet, le contrat “basique” d’assurance multirisque habitation ne prend pas en charge les dégâts causés par un orage. Vous êtes couvert si et seulement si vous avez souscrit une garantie optionnelle “dommages électriques”. Elle intervient lors d’impacts indirects de la foudre ou une sous-tension dans vos installations électriques. Vous êtes ainsi indemnisé si un lien de causalité direct entre les dégâts constatés et la surtension est avéré.

Toute autre cause, qu’il s’agisse d’une panne, d’une casse, ou d’un défaut de fabrication de l’appareil endommagé, n’entre pas dans le champ de la garantie.

Avant de souscrire cette option, n’oubliez pas de vérifier :

  • les limites dans lesquelles elle s’applique ;
  • le plafond de l’indemnisation proposée ;
  • l’existence d’une franchise ;
  • la prise en charge des dégâts : uniquement les impacts directs de la foudre ou également les conséquences indirectes ;
  • la couverture de vos dépendances (garage, abri de jardin…).

Quelles sont les étapes à suivre lors de ce type de sinistre  ?

Vous constatez des dégâts suite au passage du dernier orage ? 

Avant de contacter votre assureur, voici les étapes à suivre pour bien préparer votre dossier et gagner du temps dans le traitement de votre indemnisation.

1ère étape : Évaluer les dégâts subis

Notez tout dommage ou dysfonctionnement que vous pouvez constater sur vos biens, mobiliers ou immobiliers, ainsi que sur vos appareils électriques.

Nul besoin de contacter un expert pour constater les dégâts. Dans le cas où elle l’estime nécessaire, votre compagnie d’assurance le contactera et en assumera le coût.  

2ème étape : Garder des preuves

Prenez en photo tous les dommages relevés pour étayer votre déposition auprès de votre assureur. Vous aurez alors des preuves tangibles pour votre cas. Rassemblez les factures et tickets de caisse des biens endommagés. Il est important de ne rien réparer par vous-même. Si votre assureur ne peut pas constater le sinistre, il ne vous indemnisera pas.

3ème étape : Estimer le montant du sinistre

Cette étape est plus compliquée, il s’agit d’évaluer la gravité des dommages subis. Soyez attentif, en cas d’inondation, glissement de terrain ou incendie, cet incident peut être déclaré en tant que catastrophe naturelle. Dans ce cas, les indemnisations seraient plus importantes et plus rapides.

La législation prévoit des délais d’indemnisation dans certains cas urgents. Par exemple, pour un trou dans une toiture, le délai légal est de 48H.


Comment être bien indemnisé ?

Une fois les étapes réalisées, il est temps de prendre contact avec votre assureur. Vous avez cinq jours ouvrés pour le faire, passé ce délai, votre dossier ne sera plus étudié. Agissez donc vite et fournissez d’emblée tous les documents permettant de constituer votre dossier.

C’est à cette occasion que votre assureur vous précisera de quelles garanties relèvent les dommages dont vous êtes victime. Vous serez également informé du niveau d’indemnisation auquel vous pouvez prétendre.

A cette occasion, renseignez-vous sur la procédure de demande d’indemnisation.

Ensuite, prenez des précautions, souvent exigées par votre assureur, pour éviter une aggravation des dégâts causés par l’orage. Par exemple, bâchez temporairement votre toiture incendiée pour éviter que l’intérieur de votre maison ne soit davantage abîmé. 

Enfin, envoyez au plus vite les éléments du dossier que vous avez constitué. Preuves de l’orage, factures, photos de vos meubles et appareils ménagers … toute pièce relative à votre sinistre et à vos biens sont appréciés. 

Quelles sont les bonnes pratiques avant et pendant l’orage ?

Il existe quelques précautions à prendre avant et pendant un orage.

En amont de l’orage

  • Élaguer les branches d’arbre qui risqueraient de tomber et causer des dommages lors d’un violent orage ; 
  • S’informer sur les conditions météorologiques ;
  • Ne pas partir en excursion en montagne, forêt ou mer si un orage est annoncé ;
  • Ne pas s’engager en voiture sur une voie immergée ou qui longe un cours d’eau ;

Pendant l’orage

Si vous êtes en extérieur :

  • Appliquer la règle de sécurité 30/30 concernant l’orage : si après avoir vu la foudre, vous ne pouvez pas compter jusqu’à 30 avant d’entendre un coup de tonnerre, l’orage est proche. Mettez vous à l’abri et restez-y pendant les 30 prochaines minutes et plus encore si la situation ne s’améliore pas ;
  • Ne pas s’abriter sous des structures métalliques : chapiteau, pylônes, voiture, parapluie
  • S’éloigner des points hauts, arbres et cours d’eau ;
  • S’il n’y a pas d’abri s’accroupir au sol sur une surface isolante : corde, sac à dos, béton.

Si vous êtes en intérieur :

  • Sécuriser les objets extérieurs qui pourraient être emportés par le vent et causer des dommages ;
  • Fermer les fenêtres et les portes et s’en tenir éloigné, ainsi que de la cheminée.
  • Éviter de prendre une douche ou un bain. La plomberie et les appareils sanitaires peuvent conduire l’électricité ;
  • Ne jamais utiliser un téléphone fixe, qui est lui aussi conducteur d’électricité. Préférer les téléphones ou sans fil ;
  • Débrancher vos appareils électriques tels que les ordinateurs et box internet. Les surtensions dues à la foudre peuvent avoir de graves conséquences.
Fille devant un van avec des valises

Assurance location auto à l’étranger : bonnes pratiques.

Besoin de louer une voiture pour explorer un nouveau pays ? Découvrez les pièges à éviter et les bonnes pratiques à adopter pour assurer votre location auto durant tout votre séjour à l’étranger.

Voiture dans un ruisseau avec un coffre de toit
Location de voiture à l’étranger : évitez les sorties de route

Que faire avant de louer votre véhicule en ligne ?

Aujourd’hui, en quelques clics, vous réservez une voiture à l’étranger sur des sites tels que Hertz, Avis, Europcar, Sixt par exemple. Une facilité qui ne vous dispense pas de procéder aux vérifications élémentaires.

Ainsi, peu importe le pays, privilégiez des professionnels reconnus. Et, si cela est impossible, vérifiez avec soin la qualité du loueur. Pour cela, consultez les forums ou les sites spécialisés comme par exemple le comparateur Carigami qui publie les avis sur les loueurs de chaque pays.

Autre point important : choisissez un loueur possédant une agence où vous pourrez récupérer et rendre votre véhicule de location. Evitez les loueurs proposant de vous attendre à l’aéroport ou à la gare pour vous remettre le véhicule. Cela pourrait se retourner contre vous à la fin de votre séjour.

Avant de signer votre contrat, assurez-vous qu’une personne vous attendra pour récupérer les clefs et faire un état des lieux de la voiture. Demandez aussi à ce qu’une place de parking soit réservée.

Dernier point à considérer : l’agence doit posséder un numéro de téléphone local accessible à tout moment. Ainsi, en cas de problème ou de panne, vous obtiendrez plus facilement une assistance.

Location à l’étranger : quels sont les risques ?

  • L’âge : pour les jeunes de moins de 21 ans, une assurance jeune conducteur est appliquée. Au-delà d’un certain âge, des majorations de tarifs sont également à prévoir.
  • Destination : attention aux restrictions de circulation imposées par les loueurs dans certains pays. Ainsi, en Pologne, vous ne serez pas autorisé à franchir la frontière de l’Ukraine ou de la Biélorussie au volant de votre voiture de location. Si vous ne respectez pas cette règle, vous ne serez plus couvert par l’assurance. Cependant, en fonction du pays, le loueur pourra éventuellement, moyennant un coût supplémentaire, lever ces interdictions.
  • Dans certains pays, vous n’aurez pas le droit de rouler sur des routes non asphaltées. Prévoyez votre itinéraire en conséquence.

Assurance auto location : points de vigilance

Vérifiez les garanties incluses du contrat

L’assurance auto “Responsabilité Civile” (couvrant les dommages corporels ou matériels que le conducteur peut causer aux autre passagers) est obligatoire partout dans le monde.

Par contre, dans de nombreux pays, la garantie “Dommages corporels” n’est pas incluse dans votre contrat d’assurance.

Dans ce cas de figure, nous vous conseillons de souscrire une garantie complémentaire qui vous protégera en cas d’accident ou de sinistre dont vous seriez victime ou responsable.

Femme cherchant une location de voiture à l'étranger
Effectuez un devis d’assurance auto en ligne. Vous avez tout à y gagner !

Souscrivez l’option « Rachat de franchise »

Souvent proposée en option par les loueurs pour une somme modique, la formule “Rachat de franchise » permet, en cas de vol ou d’accident, d’être remboursé du montant de la franchise restant à charge. Cette option est intéressante si le montant de votre franchise est élevé, ce qui est souvent le cas chez les loueurs « low cost ».

Notre conseil : avant de souscrire cette option, assurez-vous que vous ne bénéficiez pas de cette garantie grâce à votre carte bancaire.

En effet, les cartes Gold Mastercard ou Visa Premier incluent souvent cette option et d’autres services complémentaires comme une “protection juridique” et une “assistance à l’étranger” qui couvrent les frais de dépannage sur la plupart des destinations.

Protégez-vous en cas d’incident sur place

Faites attention si vous passez par un courtier pour louer votre voiture. Vous pourriez avoir à signer deux contrats avec des clauses particulières différentes ce qui pourrait poser problème en cas de panne ou d’accident.

De plus, la plupart du temps, le contrat sera rédigé dans la langue du pays.

Accrochage, accident, vol : comment faire ?

De manière générale, prenez des photos (feux, rétroviseurs, carrosserie) de votre voiture lorsque vous la récupérez et que vous la rendez au loueur. Ainsi, en cas de litige, vous aurez des preuves de l’état réel du véhicule.

En cas d’accrochage ou d’accident, prenez encore des photos. Ensuite, rendez-vous dans un garage pour obtenir un devis détaillant les réparations à effectuer et leurs montants.

Vous éviterez ainsi que le loueur sur-évalue le coût réel des réparations et vous disposerez d’arguments pour négocier à la baisse le montant de sa facture.

En cas de vol, faites une déclaration à la police. Puis, renseignez-vous auprès du loueur. Dans certains cas, il pourra peut-être faire jouer son assurance pour que vous obteniez un dédommagement.

Dans tous les cas, vous serez tenu responsable si la voiture est emboutie ou fracturée entre le moment où vous la déposez et celui où elle est récupérée par l’agence de location.

Et après ?

Frais d’essence supplémentaires, surclassement, assurance souscrite à votre insu… Attention aux mauvaises surprises qui peuvent survenir quelques jours après votre retour. En effet, certains loueurs étrangers peuvent vous faire signer un contrat les autorisant à vous facturer des suppléments sur votre carte de crédit.


Pour éviter cela, ne signez rien sans avoir lu avec attention les documents. Revérifiez tous les documents sur place en présence du loueur.

À votre retour, surveillez votre compte bancaire pendant quelques semaines. De cette manière, vous pourrez réagir en cas de prélèvements injustifiés.


Enfin, si des réparations s’avèrent nécessaires, le loueur doit obligatoirement vous fournir une facture justifiant les sommes prélevées.

Surfacturation abusive : comment vous défendre ?

Si vous êtes confronté à cette situation, contestez les sur-frais dans un courrier détaillé adressé au loueur. Pour un litige matériel, joignez à votre courrier toutes les photos que vous aurez prises.

Si passés 30 jours, vous n’avez pas de réponse ou si celle-ci ne correspond pas à vos attentes, contactez l’European Car Rental Conciliation Service. Cet organisme est un service de médiation habilité à intervenir dans toute l’Union Européenne.

Derniers conseils

Pour profiter au mieux de votre location de voiture à l’étranger, nous vous conseillons donc de :

  • Lire attentivement votre contrat, surtout s’il contient des clauses particulière.
  • Louer une voiture adaptée à vos trajets (urbain ou baroudeur).
  • Vérifier le kilométrage annoncé dans le contrat de location. S’il est erroné, demandez à le rectifier.
  • Pour éviter d’être tenu pour responsable, effectuez un état des lieux du véhicule en présence du loueur lors de la remise des clés et à la restitution du véhicule. Pour éviter les litiges, prenez des photos et envoyez-les par mail au loueur.
  • Régler le dépôt de garantie avec votre carte bancaire. Ainsi, en cas de problème, vous pourrez bénéficier des garanties incluses avec votre carte.
  • Fournir un permis de conduire international, en plus de votre permis de conduire français.
  • Vérifier les garanties incluses dans votre contrat d’assurance auto pour vous assurer que vous êtes bien couvert à l’étranger. Si ce n’est pas le cas, souscrivez une extension de garantie ou changez de contrat. Pour cela, rien de plus simple, effectuez rapidement un devis d’assurance auto en ligne.

Et chez vous, comment est garé votre véhicule ? Découvrez ce que vous devez faire si vous avez un garage, un box ou une place de parking.