Surcomplémentaire santé : comment ça fonctionne ?

Votre mutuelle ne rembourse pas assez les soins dentaires, l’orthodontie adulte ou l’hospitalisation ? Prenez une surcomplémentaire ! Elle ajoute à la prise en charge de l’Assurance maladie et de l’organisme complémentaire un troisième niveau de couverture pour limiter le reste-à-charge. Jusqu’à présent peu proposée, elle devrait émerger avec l’ANI et la généralisation des mutuelles d’entreprise obligatoires.

Comment ça marche

Si vous jugez que les remboursements de santé de votre mutuelle sont insuffisants sur certaines catégories de dépense, il vous est possible de souscrire une mutuelle de troisième niveau pour des besoins spécifiques. Ces formules sont particulièrement intéressantes pour des actes de chirurgies importantes ou des prothèses dentaires.

Les remboursements viennent en complément des remboursements déjà perçus. En pratique, le décompte des remboursements précise les remboursements déjà effectués par la Sécurité sociale et par votre mutuelle. Il vous est transmis par votre caisse de Sécurité sociale. Il vous suffit ensuite de le transmettre à votre surcomplémentaire santé pour obtenir les remboursements.

Surcomplémentaire individuelle ou collective ?

Les entreprises peuvent souscrire une surcomplémentaire collective et facultative : les salariés qui le souhaitent y adhérent, en plus de la mutuelle obligatoire. L’avantage ? C’est le même organisme qui gère votre complémentaire et votre surcomplémentaire santé : les remboursements sont en principe simples et rapides.

En revanche, les garanties sélectionnées ne sont pas nécessairement celles qui vous intéressent le plus. Généralement, ces contrats assurent un meilleur niveau de prestation pour la totalité des garanties. Si vous souhaitez simplement un renfort sur une prestation précise, ce n’est peut-être pas la meilleure solution pour vous. Autre difficulté : les surcomplémentaires d’entreprises doivent généralement être souscrites au moment de l’arrivée dans l’entreprise, en même temps que la mutuelle. Passé quelques semaines ou moins, il n’est plus possible d’adhérer.

L’alternative consiste à choisir une surcomplémentaire individuelle. Ce type de contrat est aujourd’hui plutôt difficile à trouver. Mais le marché est en pleine mutation et devrait proposer de nombreuses offres d’ici peu.

Surcomplémentaire ou deuxième mutuelle ?

Vous avez aussi la possibilité de choisir une deuxième mutuelle, non étiquetée surcomplémentaire, pour l’utiliser en complément de votre première mutuelle. Vous êtes alors remboursé successivement par les deux organismes, dans la limite des sommes que vous avez engagées. Il vous suffit de présenter au deuxième organisme le décompte des remboursements du premier.

Combien ça coûte ?

Les remboursements des surcomplémentaires santé vont généralement au-delà des limites fixées pour les contrats responsables de mutuelles santé. La taxe qui pèse sur leur cotisation est donc plus élevée que pour les mutuelles classiques : elle passe de 7% à 14%. De quoi faire augmenter les prix d’environ 6%, à garanties égales.

Cependant, une surcomplémentaire santé n’est pas nécessairement chère : un contrat qui cible un renfort spécifique et non une amélioration globale du niveau de remboursement se trouve aux alentours de 10 euros par mois.

Besoin d’une surcomplémentaire?

Comparez pour économiser !

Nos 229 avis clients Acommeassure.com nous donnent une note de 4.5 /5
Scroll Up