Prothèses dentaires : comment être remboursé ?

Vous venez de vous faire poser une couronne sur une dent et vous avez déboursé 200 euros de plus que votre cousin ? Ne vous étonnez pas. Les tarifs des prothèses dentaires sont libres et les remboursements de la Sécurité sociale très faibles. Quelques conseils pour y remédier et ne pas exploser votre budget santé.

Sécurité sociale : des remboursements très bas

Une prise en charge faible

Le constat est sans appel. La Sécurité sociale rembourse très mal les prothèses dentaires qui figurent sur sa liste. Sa base de remboursement (BRSS) est beaucoup plus basse que les prix du marché. Par exemple une couronne coûte, au minimum, 300 euros. La Sécurité sociale vous verse 70% de 107,50 euros, soit 75,25 euros. Ce sont ainsi 224,75 euros qui sortent de votre poche.

De plus les dentistes fixent leurs tarifs comme ils l’entendent. Ils varient selon votre zone géographique, le professionnel que vous consultez ou encore la matière première de votre prothèse. Le tableau ci-dessous vous donne un aperçu des prix pratiqués et de la somme qui reste à votre charge sans mutuelle.

Type de prothèseTarif moyenBase du remboursementTaux de remboursementMontant rembourséSomme à votre charge sans mutuelle
Couronne De 300 à 1500 euros107,50 euros70%74,25 eurosDe 225,75 à 1425,75 euros
Inlay-coreDe 20 à 300 euros122,55 euros70%84,78 eurosDe 0 à 215,22 euros
Appareil dentaire1 à 3 dentsDe 380 à 580 euros64,50 euros70%44,15De 335,85 à 2271,25 euros
Appareil dentaire complet14 dentsDe 1200 à 2400 euros182,50 euros70%126,75 eurosDe 1071,25 à 2271,50 euros
BridgeDe 900 à 5000 euros279 euros70%194,30 eurosDe 703,70 à 4803,70 euros

Juin 2015

Demandez des devis écrits pour comparer les tarifs

1er réflexe pour faire baisser la note : établir plusieurs devis écrits auprès de différents dentistes. Vous pouvez télécharger un modèle de devis dentaire à remettre aux praticiens concernés. Vérifiez bien qu’il comporte les détails suivants.

  • La date d’établissement du devis et la durée de validité sont précisées.
  • L’identité et la signature du dentiste sont apposées.
  • Le traitement et les matériaux utilisés pour les prothèses sont décrits. Le professionnel doit préciser la nomenclature Sécurité sociale de l’acte. Par exemple, pour un inlay-core, votre devis porte la mention SPR 57.
  • Le praticien détaille le montant de ses honoraires et la somme remboursée par la Sécurité sociale.
  • Enfin, il doit ajouter cette phrase : Le patient reconnaît avoir eu la possibilité du choix de son traitement.

Vous avez une mutuelle ? Ce devis vous sert aussi à effectuer votre demande de prise de charge. Une complémentaire santé est d’ailleurs indispensable pour être mieux remboursé.

La prise en charge de votre mutuelle

Besoin de prothèses dentaires ou d’implants ? Toutes les complémentaires santé participent à vos frais. Pourtant, certains modes de remboursement sont plus avantageux que d’autres.

Les remboursements en pourcentage

Les prothèses que le dentiste vous propose sont remboursées par la Sécurité sociale ? La plupart des mutuelles vous offrent un pourcentage de la BRSS. Hors cette base est très faible. Pour être bien remboursé vous devrez donc souscrire une complémentaire santé très couvrante et donc plutôt chère. Le tableau, ci-dessous, vous donne les pourcentages nécessaires pour un reste à charge modéré.

Type de prothèseExemple de tarifNiveau de mutuelleSomme à votre charge
Couronne700 euros150%538,75 euros
200%485 euros
300%377,50 euros
400%270 euros
500%162,50 euros
600%55 euros
Inlay-core300 euros150%116,25 euros
200%54,90 euros
250%1 euro

Les mutuelles à 600% sont plutôt rares et très onéreuses. De plus, elles sont aussi très couvrantes pour les autres postes de soins : hospitalisation, optique, visites chez le médecin… Vous risquez de payer inutilement. Enfin, la plupart des formules limitent le montant de leur remboursement. Des solutions existent :

  • Choisissez une mutuelle avec des plafonds qui augmentent avec le temps. Elle limite le montant de ses remboursements la 1re année pour l’augmenter les suivantes.
  • Optez pour une complémentaire santé avec un réseau de soins. Les dentistes qui en font partie pratiquent peu de dépassement d’honoraires. Ils vous proposent aussi des prothèses à un prix raisonnable.
  • Certaines complémentaires proposent aussi des options pour renforcer vos remboursements dentaires. Vous pouvez ainsi moduler votre contrat selon vos besoins.

Les remboursements en euros

Les remboursements en euros concernent surtout les prothèses non prises en charge par la Sécurité sociale. Il s’agit, par exemple, des implants dentaires ou des soins sur vos gencives : gingivites, parodontites…

1er critère de choix : la mutuelle visée doit rembourser ce type d’intervention. En effet, certains contrats responsables refusent de prendre en charge les prothèses dentaires non assumées par la Sécurité sociale.Regardez également les plafonds proposées par votre mutuelle. L’idéal ? Choisir un montant qui augmente avec le temps. Souvent, à partir de la 2e année de souscription, votre fidélité est récompensée. Au bout de 2, 3 ou 4 ans, vous pouvez accumuler une somme qui couvre bien vos frais.

Les remboursements en euros et en pourcentage

Certaines mutuelles, plus rares, vous offrent un remboursement en pourcentage de BRSS et un supplément fixe en euros. Cette solution est très intéressante. Vous pouvez choisir une complémentaire santé avec un pourcentage moyen. Votre forfait vous donne aussi un coup de pouce.

Prenons un exemple :

  • Votre appareil dentaire coûte 400 euros.
  • Avec une mutuelle à 300% de BRSS, il reste 193,50 euros à votre charge.
  • Si vous aviez pris une formule à 200% avec un forfait complémentaire à 150 euros, vous n’auriez eu que 121 euros à régler.

Ce forfait est souvent annuel et peut aussi augmenter avec le temps. Regarder bien aussi ces deux aspects.

Besoin d’une mutuelle qui rembourse bien vos prothèses dentaires ?

Comparez pour économiser !

Nos 229 avis clients Acommeassure.com nous donnent une note de 4.5 /5
Scroll Up