L’assurance en ligne,
le conseil en plus

 

Assurance prêt immobilier : choisissez les bonnes formules

Vous venez de dénicher le logement de vos rêves ? Pour financer rapidement votre nouveau cocon, vous avez sans doute signé un crédit immobilier.
En parallèle, vous devez choisir une assurance de prêt. Elle vous protège contre les aléas de la vie. Si vous ne pouvez plus rembourser votre dû à cause d’un accident, d’une invalidité ou d’une période de chômage, elle s’en acquitte à votre place. Choisissez l’assurance emprunteur qui vous correspond et laissez-vous guider dans ses garanties.

Les garanties indispensables : le décès et la perte d’autonomie

Lorsque vous optez pour une assurance de prêt, deux garanties sont fondamentales. Il s’agit du décès et de la Perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). La PTIA est l’incapacité absolue d’exercer toute activité rémunératrice. Elle oblige à recourir aux services d’une tierce personne pour les gestes de la vie quotidienne : vous déplacer, manger, vous habiller… Les assureurs vous les proposent systématiquement et, en général, l’une avec l’autre. Elles sont des appuis efficaces dans une foule de situations : accident domestique, de travail, de loisirs, de la circulation, maladie grave…

La grande majorité des assureurs limitent l’accès à la garantie décès et PTIA. Vous ne pourrez en bénéficier que si vous avez moins de 80, 70 voire 65 ans.

Les garanties importantes : Invalidités permanentes partielle et totale

Les garanties Invalidité permanente totale (IPT) et Invalidité permanente partielle (IPP) sont incluses dans certaines assurances de prêts et en option dans d’autres. Nous vous conseillons fortement de les souscrire. L’IPT équivaut à un handicap plus lourd que l’IPP : 66% d’invalidité et plus. Cette dernière est pourtant tout aussi importante.

Ne négligez pas l’Invalidité permanente partielle (IPP)

Pour diminuer le coût de votre assurance de prêt, vous êtes tenté de négligez l’IPP ? Ce calcul peut s’avérer peu payant au final. En effet, l’IPP correspond tout de même à un handicap qui se situe entre 33 et 66% d’invalidité. Par exemple :

  • La perte d’un doigt ou la brûlure de 10% du corps équivalent à un taux d’invalidité de 5 à 9%.
  • La perte de vision d’un oeil ou d’un pouce sont égales à un taux d’invalidité de 10 à 29%.
  • La perte de la main, de toutes les dents ou la paralysie du nerf sciatique correspondent à un taux d’invalidité de 30 à 59%.

Toutes ces limitations peuvent vous empêcher d’occuper un emploi ou vous obliger à en changer. En choisissant la garantie IPP, vous protégez votre niveau et votre qualité de vie.

Les garanties secondaires : l’Incapacité temporaire de travail (ITT) et l’Assurance perte d’emploi (APE)

L’Incapacité temporaire de travail (ITT) et l’Assurance perte d’emploi (APE) ne sont pas cruciaux. L’ITT et l’APE prennent en charge les mensualités de votre prêt si vous êtes en arrêt de travail ou au chômage. Nous vous conseillons de les souscrire seulement si vous travaillez. Pour l’APE, la plupart des assureurs ne couvrent que la perte d’un emploi en CDI et dans certaines conditions. Elle ne fonctionne, en général, que si vous êtes licencié et que vous aviez droit aux indemnités chômage.

Une franchise dont il faut se méfier

Lorsque vous faites votre choix, une ligne doit attirer votre attention : la franchise. Elle est variable selon les assureurs, en général de 30 à 180 jours. Si vous êtes en arrêt de travail, vos mensualités sont donc prises en charge après ce délai. Choisissez donc une durée raisonnable pour rentrer dans vos frais.

Par ailleurs, tous les types d’arrêt de travail ne sont pas couverts. Ils sont variables selon les contrats. Par exemple, certains admettent les grossesses pathologiques ou les mi-temps thérapeutiques, d’autres les excluent formellement. Selon votre situation, l’assureur choisi sera différent.

Besoin de trouver une assurance de prêt qui colle à vos besoins ?

Scroll Up