Menu
Aide

Qu’est ce que le CBD ?

Le CBD, ou cannabidiol, est un cannabinoïde retrouvé dans les fleurs de cannabis. Contrairement au tétrahydrocannabinol (THC), autre substance active du cannabis, le CBD n’a pas de propriétés psychotropes. Il ne plonge pas le consommateur dans un état second et n’altère pas sa perception et ou son état psychique. Le CBD posséderait en revanche des vertus thérapeutiques.

 

Le CBD est légal en France, mais sa vente est très encadrée. En effet, les fleurs de chanvre cultivées pour produire le cannabiol ne peuvent contenir plus de 0,2% de THC. La publicité en faveur du produit ne doit pas entretenir la confusion entre le CBD et le cannabis et ainsi faire insidieusement la promotion de ce dernier. Tout contrevenant s’expose à une sanction.

Quels effets du CBD sur la santé ?

Les études sur le CBD démontrent les nombreuses vertus du produit :

 

Cependant, à ce jour peu d’études en recherche clinique ont été réalisées sur les humains et on manque de recul sur l’ensemble des propriété du cannabinoïde. Il est important de rappeler que le CBD n’est pas un médicament miracle. En cas de problème de santé, consultez un médecin généraliste ou un spécialiste et évitez l’auto-médication.

Y-a-t-il un risque d’accoutumance ?

Le CBD n’est ni considéré ni comme un stupéfiant, ni comme médicament.

Contrairement au THC, le cannabiol n’a pas d’effets psychotropes. Il n’y a donc pas d’altération de l’état de conscience du consommateur. De plus, le produit ne joue pas sur le système de récompense de son cerveau et ne présente pas d’effet d’accoutumance. À contrario, il peut être un bon moyen pour soulager les symptômes liées au sevrage d’alcool ou de drogue.

Comment consommer le CBD ?

On trouve le cannabinoïde à vendre sous forme de :

 

Ainsi, le mode de consommation du CBD est multiple et s’adapte au plus grand nombre. Il peut être fumé, appliqué, ingéré ou inhalé. À noter que plus la concentration de cannabiol est forte, plus les effets se feront ressentir. Le dosage est à adapter selon le profil de chacun.

Où peut-on acheter du CBD ?

Depuis la légalisation de la vente du CBD en France, le nombre de boutiques, physiques ou en ligne, a fortement augmenté. Certains bureaux de tabac se sont emparés de ce nouveau marché florissant et vendent certaines formes du CBD. L’huile de CBD, notamment, est en vente en pharmacies, parapharmacies et certaines grandes surfaces.

Qui peut prescrire le CBD ?

À ce jour le CBD n’est pas considéré comme un médicament. Il ne nécessite donc pas de prescription de la part d’un médecin.

Le CBD est-il remboursé ?

Le CBD n’est pas un médicament, il n’y a donc pas lieu qu’il soit remboursé par la Sécurité sociale ou les complémentaires santé. De ce fait, le cannabiol n’est pas accessible à toutes les bourses. En effet, le CBD est cher. En moyenne, un flacon de 1000mg (10%) de cannabidiol actif coûte en moyenne 60 euros.

 

Cependant, la démocratisation de sa consommation devrait permettre sur le long terme une évolution des prix à la baisse.

L’histoire du coronavirus ?

Tout a officiellement commencé le 31 décembre dans un marché aux animaux vivants et aux poissons à Wuhan. L’instigateur du problème : une chauve-souris.

Les autorités chinoises font part de la situation qui commençait à devenir inquiétante au cours du week-end du 18 janvier.

C’est alors que les voyages vers ou en provenance de Chine ont été de plus en plus restreints par les grandes compagnies aériennes. Ils ont interrompu tous leurs vols à destination et en provenance de cette destination.

Malgré la position de l’OMS, plusieurs pays (États-Unis, Royaume-Uni, Italie, et d’autres pays voisins), ont pris les devants et imposé des restrictions aux voyages des citoyens chinois à destination et en provenance de leur pays.

Depuis, plusieurs pays : les États-Unis, la Corée, le Japon, l’Allemagne, la Belgique et la France ont effectué des rapatriements pour leurs ressortissants depuis Wuhan.

Le 24 février a été un nouveau tournant de l’épidémie : le nombre de nouveaux cas de coronavirus (COVID-19) hors de Chine a augmenté. La hausse a principalement touché l’Italie et la Corée du Sud.

Chaque pays prend ces précautions pour éviter la propagation des foyers.

En France depuis le 29 février, de nombreux évènements notamment sportifs (marathon de Paris) ont été annulé. Les voyages scolaires prévus à l’étranger également. Des mesures sanitaires sont prises avec des campagnes de prévention diffusées sur les chaînes nationales.

Qu’est-ce que le nouveau coronavirus ?

On parle d’ancien et de nouveau coronavirus car le virus a évolué. On appelle officiellement  le nouveau coronavirus « COVID-19 ». En effet, malgré six souches de coronavirus identifiées, y compris le SRAS qui a été responsable de la dernière éclosion majeure liée au coronavirus, cette souche n’a pas été jusque-là identifiée chez l’homme.

Quels sont les symptômes d’une personne infectée ?

Les signes varient selon le virus, mais les indicateurs courants comprennent des symptômes respiratoires comme la toux, l’essoufflement et d’autres difficultés respiratoires. La fièvre est souvent mais pas toujours associée. Les patients peuvent souffrir d’infections qui provoquent une pneumonie ou un syndrome respiratoire aigu sévère dans des cas plus graves.

À ce jour, aucun traitement spécifique pour le coronavirus ni de vaccin préventif existe. Seuls quelques traitements sont disponibles pour traiter ses symptômes.

Comment se protéger des risques de contamination?

JE SUIS EN FRANCE

Suivez les instructions de l’OMS :

JE SUIS EN VOYAGE

Voyager implique plus de risques pour vous. Reportez au maximum vos voyages mais sinon conformez-vous aux protocoles d’hygiènes. Dans ce cas, il est encore plus important de suivre les recommandations de l’OMS :

Que doit-je faire si contracte le virus ?

Si dans les 14 jours suivant votre retour de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Italie ou d’Iran, vous présentez des signes d’infection respiratoire, suivez ces étapes :

  1. Contacter le Samu (15) en établissant l’état de vos symptômes et d’où vous revenez exactement.
  2. Évitez tout contact et portez un masque

Pour le bien des hôpitaux et pour éviter une propagation du virus, ne vous rendez pas aux urgences ou chez votre médecin.

Que se passe-t-il si je ne peux pas travailler à cause du virus  ?

Certaines mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation du virus ont pu avoir des conséquences pour vous : fermeture de crèches ou d’établissements scolaire, confinement des enfants …

Vous vous retrouvez donc bloqué et devez garder vos enfants à votre domicile.

Il est alors impossible pour vous de vous rendre à votre travail et devez donc être placés en arrêt de travail. Une prise en charge exceptionnelle d’indemnités journalière a alors été instaurée par l’Assurance Maladie.

Pour cette raison l’Assurance Maladie a créé un outil de déclaration « declare.ameli.fr « . Il est destiné à votre employeur pour qu’il vous déclare pour un arrêt de travail pour cette raison.

Peut importe votre régime d’affiliation à la sécurité sociale ou la forme de votre contrat de travail.

Seule condition pour le versement d’indemnités journalières :

L’arrêt de travail est délivré pour une durée de 14 jours calendaires à compter de la date de début de votre arrêt.

La déclaration sur le site de la part de votre employeur n’implique pas une indemnisation automatique pour vous.

L’assurance maladie va valider les éléments transmis et sous réserve de l’envoi, selon les procédures habituellement employées, des éléments de salaires à la caisse de Sécurité sociale d’affiliation.

Et quand est-il de mes assurances face au coronavirus ?

Mon assurance vie :  le coronavirus est considéré pour les réassureurs comme un évènement “non matériel”, ce qui n’aura donc pas avoir d’impact sur votre contrat.

Mon assurance dommages aux biens et responsabilité  

Dans la plupart des contrats d’assurance, les maladies infectieuses/ épidémie font parties des exclusions. Le statut de maladie infectieuse/ épidémie doit être reconnu par l’OMS (ici le cas le 30 janvier 2020).

Si vous êtes l’organisateur de l’évènement qui se voit annulé pour cause de coronavirus vous serez remboursé si la garantie annulation d’événement a été souscrite avant la reconnaissance de l’OMS comme épidémie d’urgence de santé publique.

Il est préférable si votre évènement est annuel de souscrire directement votre police d’assurance avec les garanties pour l’année suivante.

Dans le cas où vous décidez l’annulation de votre évènement vous-même à cause du coronavirus, vous ne serez pas couvert. Toutefois vous pouvez toujours en parler avec votre assureur.

Mon assurance voyage

Selon l’article L211-14 du Code du tourisme, un remboursement est possible si vous annuler une location de vacances/réservation d’hôtel en cas d’évènement exceptionnel et inévitable (inondation, tremblement de terre, risques de sécurité ou risques graves pour la santé humaine).

Si vous êtes passé par une agence de voyages alors elles remboursent systématiquement les clients si le gouvernement classe en rouge ou orange certaines zone. Cela est plus compliqué pour les pays présentant des cas sans pour autant être touchés par une épidémie.

En cas de réservation de vos billets d’avions pas vous, le remboursement sans frais dépend de la politique de la compagnie de transports ou d’hébergement.

Pensez à regarder dans vos contrats de cartes bancaires. Certains contrats proposent une assurance annulation et permettent le remboursement dans certains cas.