En raison d'un grand nombre d'appels, nous vous recommandons de nous contacter par mail ou via votre Espace Client. Merci de votre compréhension.
Menu
Aide

De quelles informations ai-je besoin pour obtenir un devis d’assurance habitation ?

Comment doit-on comptabiliser les niveaux d’une maison dans le devis assurance habitation ?

Vous déclarez un niveau dès lors que les pièces aménagées sont toutes situées sur le même niveau. Autrement dit, si vous avez un niveau d’habitation et un sous-sol non-aménagé, comptez un seul niveau.

Autre exemple : rez-de-chaussée + sous-sol aménagé + 1er étage + grenier non aménagé = 3 niveaux

Qu’est-ce qu’une pièce principale ?

Une pièce principale est une pièce d’une superficie au sol de plus de 7 m², autre que : cuisine, arrière-cuisine, salle de bains, cabinet de toilette, WC, couloir, cave, hall fermé, buanderie, garage ou grenier. Pour plus de détails, n’hésitez pas à contacter nos équipes expertes en la matière !

J’ai beaucoup de grandes pièces dans mon habitation. Quelle est la règle pour compter le nombre de pièces principales ?

Sont comptées comme pièces principales les pièces de plus de 7 m² au sol. Si une pièce mesure plus de 40 m² au sol, elle compte pour deux pièces.

Un grenier compte-t-il pour une pièce ?

Si le grenier n’est pas aménagé, il n’est pas comptabilisé comme pièce principale. Si le grenier est partiellement ou intégralement aménagé, vous comptez les pièces aménagées de plus de 7 m² au sol que comporte ce grenier.

Une salle de bains compte-t-elle pour une pièce principale si elle est très grande ?

Non, en aucun cas la salle de bains ne compte pour une pièce principale, quelle que soit la superficie.

Une cuisine américaine compte-t-elle pour une pièce principale ?

La cuisine ne compte pas comme pièce principale. Si elle est ouverte sur votre salon, vous comptabilisez uniquement le salon, en décomptant la superficie au sol occupée par la cuisine.

Un dressing est-il considéré comme une pièce principale ?

Oui, si c’est une pièce aménagée avec une superficie au sol de plus de 7 m². Sinon, ne le comptez pas. S’il fait partie d’une chambre, sa surface au sol s’ajoute à celle de la chambre.

Une véranda est-elle considérée comme pièce principale ?

Si elle est fermée et mesure plus de 7 m² au sol, elle compte pour une pièce principale.

Si elle est ouverte et fait partie d’une autre pièce, sa superficie s’ajoute à celle de la pièce attenante.

Une pièce mansardée ou une mezzanine compte-t-elle pour une pièce principale ?

Seule la superficie au sol fait foi, que la pièce soit mansardée ou non. Si la pièce fait plus de 7 m² de superficie au sol, elle est considérée comme une pièce principale. Attention, toutes les pièces ne sont pas comptabilisées : consultez la définition d’une pièce principale.

 

Jacuzzi, logements atypiques, les questions fréquentes en assurance habitation

Les jacuzzi sont-ils considérés comme piscines dans le devis assurance habitation ?

Oui. Sont considérés comme piscines : les piscines intérieures, extérieures et les jacuzzi. Selon la formule choisie, vous pouvez bénéficier d’une assurance piscine.

Mon logement comporte une maison de maître et un petit bâtiment qui sert de maison d’amis. Les deux bâtiments sont situés sur le même terrain. La maison d’amis est-elle considérée comme une dépendance ? Faut-il faire deux devis assurance habitation ?

Une maison d’amis est une pièce à usage d’habitation et ne peut, à ce titre, être considérée comme une dépendance (voir la définition de dépendance). Faites un seul devis d’assurance maison pour les deux bâtiments : il suffit d’additionner le nombre de pièces principales des deux bâtiments.

J’ai une maison et un autre corps de bâtiment sur le même terrain, qui fait office de maison d’hôtes… Faut-il faire deux devis assurance habitation ? Combien de pièces dois-je déclarer au contrat ?

Il vous suffit de faire un devis d’assurance habitation unique, puisque les deux bâtiments sont sur le même terrain. Ajoutez le nombre de pièces principales des deux bâtiments.

Je suis étudiante. Ma résidence principale est à Bordeaux. Je suis en stage d’un an à Rennes. Puis-je bénéficier d’une formule « chambre étudiante » pour mon logement de Rennes ?

La chambre étudiante est exclusivement réservée aux résidences principales. Mais vous pouvez bénéficier d’un tarif très avantageux avec la formule budget. Faites un devis pour connaître les tarifs.

Pourquoi les assurances « chambre étudiante » coûtent-elles moins cher ?

Elles coûtent moins cher parce que :

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ? Soumettez-la-nous par mail, nous nous engageons à y répondre dans les plus brefs délais.

Que couvrent les garanties pour dommage électrique ?

Une assurance multirisque habitation couvre au minimum les dégâts électriques au bâtiment. C’est à dire ce qui concerne les dispositifs intégrés à votre habitation, comme le chauffage, VMC, etc. Parfois, si l’option est souscrite, cette garantie peut s’étendre à tout ce qui est branché sur les prises de la maison.

Les dégradations liées à une variation de tension anormale sont concernées. Typiquement, une détérioration de vos appareils due à la foudre sera couverte.

La garantie est généralement exclue lorsque le dommage découle d’un défaut ou d’un problème interne de l’appareil.

 

Faire jouer l’assurance dommage électrique : les démarches 

L’indemnisation par l’assurance dommage électrique en cas de vétusté

Un quart des logements français ont une installation vétuste voire dangereuse

 

Comment savoir si mon installation électrique est aux normes ?

Seul un électricien peut vous le dire avec certitude, mais certaines règles de base sont invariables :

 

Mon installation électrique est vétuste. Suis-je couvert ?

L’intégralité du coût peut ne pas être pris en compte, si l’expert constate que votre installation électrique n’est pas aux normes. Renseignez-vous auprès de votre assureur. Pour vous prémunir, adoptez quelques réflexes :

Débrancher les appareils en cas d‘orage ou de tempête

Quelles sont les parties de la copropriété à assurer

Au sein de la copropriété se distinguent deux types de parties généralement définie dans le règlement de copropriété. D’une part, les parties communes. Elles sont destinées à l’usage de tous et qui appartiennent à l’ensemble des copropriétaires selon une quote-part définie : le hall d’entrée, la toiture, les escaliers, l’ascenseur, les couloirs, les planchers. D’autre part, les parties privatives. Elles appartiennent à un seul propriétaire et sont réservées à son usage exclusif : appartement, terrasse, place de stationnement, box privatif.

Les compagnies d’assurance proposent des contrats adaptés aux parties de la copropriété concernées avec des couvertures plus ou moins étendues.

L’assurance des parties communes

LA RESPONSABILITÉ CIVILE

La responsabilité civile de la copropriété peut être engagée à l’égard des tiers et de chaque copropriétaire en cas de dommages provoqués par le bâtiment ou des éléments du bâtiment (la chute d’une tuile ou une marche d’escalier cassée) ou par une personne affectée au service de la copropriété (personnel d’entretien par exemple).

Attention ! Ne pas souscrire une assurance responsabilité civile expose les copropriétaires à des frais très importants en cas de sinistres non couverts dans les parties communes. C’est le syndicat, ou syndic, de la copropriété qui se charge de souscrire l’assurance. Il peut la contracter sans mandat de l’assemblée générale des copropriétaires. Cependant, celle-ci peut décider de modifier ou annuler sa décision.

L’ASSURANCE DES DOMMAGES À L’IMMEUBLE

Les règlements de copropriété imposent bien souvent au syndic de contracter une assurance des dommages à l’immeuble. Les événements généralement couverts par ce type de contrat sont les suivants

Le plus souvent l’assurance des dommages à l’immeuble ne garantit que les parties communes, mais certains contrats incluent certaines parties privatives. Renseignez-vous auprès de votre conseiller.

LA CONVENTION IRSI

La convention IRSI, anciennement appelée Cidre, est un accord entre les compagnies d’assurance qui vise à simplifier l’indemnisation d’un copropriétaire victime d’un dégât des eaux ou un incendie. Pour qu’elle rentre en application, plusieurs règles claires doivent s’appliquer :

L’assurance des occupants

Chaque propriétaire, qu’il soit occupant ou non de son logement, doit l’assurer au minimum en responsabilité civile. Cela permet au souscripteur d’être couvert lorsqu’un sinistre démarre dans sa partie privative et cause des dommages :

À noter qu’en cas de dommage causé qui trouve son origine dans une partie privative de l’immeuble, c’est le copropriétaire de ce bien qui doit faire une déclaration à son assurance.

LE PROPRIÉTAIRE OCCUPANT

Généralement, le copropriétaire-occupant souscrit une assurance multirisque habitation qui couvre sa responsabilité civile vis-à-vis de la copropriété, des voisins et des tiers, ainsi que son mobilier et ses effets personnels.

Cette assurance couvre principalement :

LE PROPRIÉTAIRE NON-OCCUPANT

Les compagnies d’assurance proposent un contrat spécifique aux copropriétaires bailleurs. Il s’agit de l’assurance propriétaire non occupant, autrement dit “contrat PNO”. Il vise principalement à assurer son logement temporairement inoccupé par le locataire ou à prendre le relais en cas de sinistre et que le locataire est mal assuré.

LE LOCATAIRE

Lors de la signature du bail, le locataire doit présenter une attestation assurance responsabilité civile. Cette garantie le couvre vis-à-vis du propriétaire, mais aussi des voisins et des tiers. De plus, il lui est conseillé de souscrire une assurance multirisque habitation afin de couvrir son mobilier et ses effets personnels.

Tout ce qu’il faut savoir !

Quelle est la différence entre aménagements extérieurs et dépendances ?

On peut penser à tort que aménagement extérieur = dépendance. Cela n’est pas vrai. Une différence est faite par les assureurs.

QUE SONT LES AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS ?

La liste des aménagements extérieurs peut être longue. On appelle souvent aménagements extérieurs tous les biens et équipement de loisirs présents dans votre jardin. Ils peuvent avoir plus ou moins de valeur, c’est pour cela qu’il peut être intéressant de les assurer.

Exemples : piscines, spas, jacuzzis, terrasses, mobiliers de jardin, portails, pergolas, balançoires, toboggans …

Pour être certain de la considération de votre bien, demandez directement à votre assureur.

Le doute ne sera plus présent et vos biens seront couverts dans leur intégralité.

 QU’EST-CE QU’UNE DÉPENDANCE ?

Est appelée “dépendance” une construction extérieure qui est située au maximum à 10 kilomètres de votre habitation principale. Elle n’est pas en communication avec celle-ci et ne doit pas être utilisée comme local professionnel.

Le cadre légal (code des assurances) n’a pas été défini pour fixer la définition de “dépendance”. Les assureurs sont libres d’interpréter la notion comme ils l’entendent. C’est pour cela qu’il est important de regarder la définition des dépendances dans les conditions générales.

Comment bien protéger vos biens ?

Avant toute démarche avec un assureur, listez les dépendances que vous pensez posséder. Dans cette liste, indiquez leur surface au sol. Cela vous permettra de ne rien oublier face à votre assureur.

Pour votre dépendance, la souscription d’un simple contrat “multirisques habitation” peut être suffisant. Cela offre la couverture standard. Il faut tout de même penser à bien déclarer toutes vos dépendances.

Chaque assureur possède ses propres garanties. C’est donc en collaboration avec votre assureur qu’il faut déterminer la couverture adaptée à tous vos équipements.

Pourquoi souscrire des garanties supplémentaires pour vos biens extérieurs ?

Aucune obligation légale ne peut vous forcer à assurer vos biens extérieurs et cela que vous soyez propriétaire, locataire ou copropriétaire.

Certes votre responsabilité civile prend en charge les dommages qu’ils subiraient. En revanche pour certains d’entre eux, et en premier lieu les piscines, il est nécessaire de souscrire des assurances supplémentaires.

Piscines, terrasses, jardins : beaucoup d’éléments qui peuvent avoir de la valeur.

Faire le choix de prendre des garanties supplémentaires est avant tout pour se prévenir en cas de sinistre. Vos biens seront couverts et la somme à payer sera moindre face à un vol ou un événement climatique pour les remplacer/réparer.

C’est un choix à faire de votre part. Soit vous prenez le risque qu’un sinistre vous arrive, vous devrez alors tout payer. Soit vous couvrez vos biens extérieurs pour quelques euros de plus par mois.

Quelles sont les garanties pour couvrir vos biens extérieurs ?

LA GARANTIE “PISCINE”

Un aménagement présent chez beaucoup de Français (2 millions) : la piscine.

Cette installation est particulière et a une couverture qui lui est propre chez les assureurs.

Pour avoir la possibilité de souscrire cette garantie, des obligations sont présentes.

A minima, votre installation doit avoir un des éléments suivants :

En cas de non-respect d’un des éléments de sécurité, une amende de 45 000€ peut vous être imposée. Votre assureur peut également ne pas prendre en charge l’indemnisation en cas de sinistre.

Comme toute garantie, des exclusions existent, exemples :

Il est important d’avoir en tête tous ces aspects si vous décidez de construire une piscine. Prenez contact avec votre assureur pour voir ce que vous pouvez faire en matière de couverture.

LA GARANTIE “JARDIN”

Vous avez la chance d’avoir un grand jardin. Hélas, celui-ci n’est pas immunisé contre les aléas du climat (inondation, sécheresse, grêle, vent …).

C’est pour cela que les assureurs ont créé des extensions spécifiques.

Même si chaque assureur propose ses propres garanties, ils offrent des suppléments sur des garanties pour :

Par rapport à ces extensions, votre assureur peut vous demander d’installer des protections supplémentaires : verrous, caméras de surveillance pour vos espaces extérieurs, clôture…. Tout ce qu’il jugera nécessaire afin de prévenir des risques.

Afin de profiter au mieux de vos aménagements extérieurs l’esprit tranquille, pensez à les assurer. Dans vos recherches, comparez les extensions d’assurances qui vous sont proposées. C’est comme cela qu’une fois acheté vous n’aurez plus qu’à en profiter sans craindre une mauvaise surprise.

Pour des raisons économiques ou par passion, certains préfèrent se lancer seuls dans les travaux de leur habitation. En effet, la note peut baisser de 30 à 40% en se passant des services d’artisans. Cependant, les personnes n’ont pas toujours en tête les aides de l’Etat, comme le crédit d’impôt “développement durable” auxquelles elles renoncent en ne réalisant pas les travaux par un professionnel. Elles ne réalisent pas non plus ce que ça engage en termes de protection et de responsabilité auprès des assurances.

Comment bien se couvrir lors des travaux ?

Avant d’entamer des travaux, contactez votre compagnie d’assurance. En effet, votre habitation, vide pendant une rénovation, peut être la cible de cambrioleurs ou peut connaître des sinistres le temps de la réalisation des travaux. Un accident arrive vite sur un chantier et peut causer des graves à un tiers, à vous-même ou sur des biens.

Ainsi, s’il y a des vides dans votre assurance multirisque habitation actuelle, vous pourrez souscrire des garanties optionnelles pour vous protéger au mieux.

Assurez-vous d’être couvert contre des sinistres onéreux tels que :

  • Les inondations. Vous avez percé un mur au mauvais endroit et une canalisation a été endommagée ;
  • Les incendies. Vous n’avez pas éteint votre fer à souder après utilisation. Un feu a détruit certains de vos biens ;
  • Les explosions.

Faire marcher sa responsabilité civile

Intégrée à votre contrat d’assurance habitation, la responsabilité civile assure l’indemnisation de tiers (passant, voisin) en cas de dommages corporels ou préjudices subis du fait de la réalisation de travaux. Vous pouvez demander une extension de garantie contre contre les dommages aux biens afin d’étendre votre protection et de couvrir vos biens mobiliers contre les altérations, la casse et autres.

Vous êtes propriétaire ? Bien que vous n’ayez pas d’obligation d’assurance habitation de par votre statut, il est nécessaire de vous protéger avec la garantie responsabilité civile le temps des travaux.

À noter qu’un ouvrier non déclaré peut se retourner contre vous en cas d’accident lors des travaux. C’est un risque à prendre en compte !

Recourir à une Assurance Accidents de la Vie

Elle vous protège vous et éventuellement votre famille contre des accidents de la vie courante. Souvent, lors de la réalisation de travaux, l’assuré se blesse tout seul. Il lui est donc impossible de se retourner contre quelqu’un pour être indemnisé du préjudice subi.

Avec l’Assurance Accidents de la Vie, l’assureur vous indemnise, même si vous êtes tenu pour responsable de l’accident.

Cette garantie couvre aussi la perte de revenus en cas d’impossibilité de travailler.

Malfaçon, quel risque encourez-vous ?  

En cas de revente du bien immobilier dans les 10 années qui suivent les travaux, vous serez tenu pour responsable des malfaçons menaçant la solidité de votre logement. En effet, si des travaux de peinture ou de plâtrage d’un mur sont relativement sans risque, d’autres au contraire , si mal réalisés, peuvent représenter un vrai danger entre le risque d’incendie ou d’effondrement.

C’est pourquoi, pour certaines réalisations affectant la structure du bien, il vaut mieux faire appel à un personnel qualifié.

Quelles précautions prendre avec un professionnel ?

Après mûre réflexion vous préférez opter pour l’intervention d’un professionnel ? Quelques précautions sont à prendre.

Confirmer la couverture des risques pendant les travaux

Que vous réalisiez vos travaux seul ou avec un prestataire, assurez-vous que vos biens mobiliers et que les espaces concernés par les travaux soient couverts par votre assurance.

Aussi, rapprochez-vous de votre maître d’oeuvre et assurez-vous qu’il dispose bien d’assurances performantes qui le couvrira en cas de dommages causés à vos biens mobiliers et immobiliers.

Demandez à recevoir le certificat de responsabilité civile de votre prestataire afin de vous assurer qu’ils seraient couverts, lui et ses ouvriers, en cas de préjudices physiques sur le lieu du chantier.

L’assurance dommages-ouvrage

Obligatoire, l’assurance dommages-ouvrage doit être souscrite auprès de l’assurance de son choix par une personne physique ou morale qui peut être :

  • le propriétaire de l’ouvrage
  • le vendeur de l’ouvrage
  • le mandataire du propriétaire de l’ouvrage

Cette assurance permet, en cas de sinistre et sans attendre une décision de justice, d’être remboursé de la totalité des travaux de réparation des dommages couverts par l’assurance décennale.

La garantie responsabilité décennale

Cette garantie, obligatoire, impose au prestataire de réparer les dommages causés à la structure de votre habitation et qui rendrait impropre son occupation.

Cette garantie court sur dix ans après la fin des travaux entrepris.

La garantie du parfait achèvement

Le professionnel est tenu de réparer les dommages qui résulteraient d’une malfaçon durant l’année suivant l’achèvement des travaux.

Pour cela, vous pouvez lui adresse une lettre recommandée avec accusé de réception de mise en demeure, l’obligeant à réparer les malfaçons en question.

En cas de litige, vous pouvez saisir les tribunaux compétents en fonction du montant du préjudice :

  • Moins de 4 000 € : juge de proximité ;
  • Entre 4 000 € et 10 000 € : tribunal d’instance ;
  • Plus de 10 000 € : tribunal de grande instance.

Si vous en avez souscrit une, l’assurance protection juridique peut être particulièrement intéressante dans ce type de situation. Elle vous accompagne dans vos démarches et avancent vos frais de justice.

Quels impacts sur le tarif de votre assurance habitation ?

Le montant de votre assurance habitation peut évoluer en fonction des aménagements réalisés.

Votre prime sera amenée à baisser s’il s’agit d’une rénovation d’une toiture ou l’installation d’un système d’alarme. Le risque de sinistre sur votre logement sera effectivement plus faible.

Si en revanche, ces travaux génèrent une prise de valeur de votre logement, de part une extension ou l’acquisition de nouveaux appareils électroménagers, votre assurance habitation risque elle aussi d’augmenter. En effet, plus la valeur de votre bien et le montant d’indemnisation en cas de sinistres sont hauts, plus votre assurance sera onéreuse.

Faites le point avec votre conseiller pour y voir plus clair et assurez-vous que votre police d’assurance soit toujours valide.

Quelles sont les obligations du propriétaire bailleur ?

A l’instar de n’importe quel contrat, la signature du bail engage chaque partie à respecter certaines obligations.

Les normes du logement

Pour pouvoir mettre son logement à la location, un propriétaire doit proposer un bien décent. L’habitation ne doit pas présenter de risque pour la sécurité ou la santé du locataire.

Un logement décent dispose d’une surface habitable de 9m² minimum et d’une hauteur sous plafond de 2,20m, ou d’un volume habitable de de 20 m³. On ne doit pas y trouver d’animaux nuisibles, comme le rat, ou des parasites tels que des cafards.

Le logement doit respecter un critère de performance énergétique minimale et de posséder certains équipements, à savoir :

  • Une installation permettant un chauffage normal qui soit conforme aux normes de sécurité et en bon état d’usage et de fonctionnement.
  • Un réseau de branchement en électricité et gaz conformes aux normes de sécurité et en état de fonctionnement.
  • Un accès à l’eau potable et des installations d’évacuations des eaux usées.

En outre, le propriétaire-bailleur pourra être amené à intervenir en cas de travaux ou réparation à réaliser dans le logement. Il aura pour obligation d’en avertir en amont le locataire.

Le propriétaire pourrait aussi être amené à intervenir en cas de trouble du voisinage qui entraverait le droit à une jouissance paisible du logement par le locataire.

Le contrat

Un bail, ou contrat de location, est signé entre le propriétaire-bailleur et le locataire à l’arrivée de ce dernier dans le logement. Il fixe la durée d’occupation des lieux et le montant du loyer que devra s’acquitter chaque mois le locataire. Le bail indique aussi le montant du dépôt de garantie.

Des informations relatives au logement doivent aussi apparaître dans le contrat comme :

  • La description du logement, le nombre de pièces et ses équipements
  • La nature et montant des travaux effectués dans l’habitation depuis le dernier contrat de location (ou le dernier renouvellement)
  • La surface habitable du logement

Le bail doit être fait par écrit dans autant d’exemplaire qu’il y a de parties : propriétaire, locataire, caution. En annexe du bail doivent se trouver :

  • Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) ;
  • Le Constat de risque d’exposition au plomb (CREP) si le logement date d’avant janvier 1949 ;
  • L’état des risques et pollutions si le logement est situé dans une zone à risque (inondation, séismes, avalanches,…) ;
  • L’état des installations du gaz et électriques si elles ont plus de 15 ans ;

S’il s’agit d’une location meublée, le propriétaire doit joindre un inventaire et état détaillé du mobilier.

Que faire en cas de problème  ?

En tant que propriétaire, il y a toujours des craintes quant au paiement du loyer ou l’état de votre bien à sa restitution. Plusieurs leviers sont à votre disposition pour anticiper d’éventuels désaccords ou pour agir une fois qu’ils surviennent.

Demander un garant

Le garant est une personne physique ou morale qui, dans un écrit appelé acte de cautionnement, s’engage à régler les impayés du locataire si celui-ci vous faisiez défaut.

Votre statut de propriétaire-bailleur vous donne le droit d’exiger un certain nombre de documents du garant afin de vous assurer de sa solvabilité.

A noter qu’une assurance loyer impayé et un garant ne peuvent pas être pris en même temps. C’est l’un ou l’autre.

Recourir à une protection juridique bailleur

Une protection juridique bailleur vous couvre dans différents cas de figure :

  • Des travaux réalisés sans votre accord
  • Sous-location non déclarée
  • Impayés du loyer

Pour 4€ par mois, vous êtes accompagné par des conseillers juridiques pour la résolution à l’amiable de votre litige. Si le courrier de mise en demeure ne suffit pas au règlement de la situation, vos frais d’avocat et de procédure sont pris en charge jusqu’à 20 000€

Solliciter la Commission Départementale de Conciliation

Aussi appelée CDC (Commission Départementale de Conciliation), il s’agit d’une commission composée à part égale de représentants d’organisation de bailleurs et d’organisations de locataires.

La commission intervient en cas de litiges concernant :

  • l’état des lieux,
  • la décence du logement,
  • les charges locatives,
  • les réparations locatives à la charge du bailleur ou du locataire,
  • le dépôt de garantie
  • le loyer (révision du loyer, sa fixation, son encadrement, …).

Cette commission peut également être utile si vous êtes confronté à des difficultés de nature collective.

Son rôle est simple : trouver une solution sans avoir à passer par les tribunaux.

Assurance habitation : questions fréquentes

Composition d’un contrat d’assurance habitation, niveaux de couvertures, cas d’exclusions.
Souscription, résilitation, changement de situation, obtention de votre attestation d’assurance. On vous dit tout !

Contrat assurance habitation

Parfois appelée multirisque habitation, votre assurance habitation couvre les risques pouvant toucher votre logement. En comprendre les composantes vous permettra de comparer et de choisir le meilleur contrat en toute connaissance de cause.CONTRAT ASSURANCE HABITATION

Assurance habitation : comment souscrire ?

Vous avez choisi votre assurance habitation ? Quels sont les prochaines étapes pour souscrire votre contrat et obtenir votre attestation d’assurance indispensable surtout si vous êtes locataire d’un bien non meublé ?SOUSCRIRE UNE ASSURANCE HABITATION

Assurance habitation : résilier son contrat

Depuis quelques années, vous pouvez sous certaines conditions résilier votre contrat d’assurance avant la date anniversaire. Même si la procédure est simplifiée, quelles sont les étapes et les délais à suivre pour effectuer cette résiliation ?RÉSILIATION ASSURANCE HABITATION

Multirisque habitation : obtenir une attestation ?

Tout locataire d’un bien non meublé doit obligatoirement fournir à son propriétaire une attestation. À défaut, si cela est mentionné dans le bail, le propriétaire peut mettre fin au contrat de location. Comment procéder pour obtenir ce document gratuit ?ATTESTATION ASSURANCE HABITATION

Assurance habitation : quelles garanties ?

La qualité d’un contrat d’habitation est liée au niveau de garanties proposé. Attention, si certaines d’entre elles sont indispensables pour vous protéger au mieux, d’autres seront superflues. Découvrez en plus pour choisir au mieux le contrat adapté à votre situation.GARANTIES ASSURANCE HABITATION

Assurance habitation : pourquoi souscrire un contrat ?

Encore appelé contrat d’assurance multirisque habitation ou MRH , c’est un contrat multi garanties permettant de protéger vos biens (habitation et mobilier) contre les aléas de la vie : cambriolage, sinistre, dégâts des eaux, etc.

Il se déclenche si, vous ou vos proches, êtes déclarés responsables ou victimes d’un sinistre ou d’un accident domestique dans votre maison ou appartement.

Quelle est la composition d’une assurance habitation ?

Elle est composée de garanties de base et de garanties optionnelles. De cette manière, vous pouvez personnaliser votre contrat en fonction de vos besoins.

 LES GARANTIES DE BASE

Le plus souvent, les assurances habitation couvrent les risques suivants :

 

Mais, attention, les contrats MRH et les risques couverts varient d’un assureur à l’autre ! Les risques couverts et les niveaux de garantie ont un impact sur votre tarif d’assurance habitation.

 LES GARANTIES OPTIONNELLES

Des garanties optionnelles vous permettent couvrir des risques spécifiques, comme par exemple :

 

Assurance habitation : comment choisir votre contrat ?

Avant de demander un devis d’assurance, vous devrez avoir évalué vos besoins en matière d’assurance, votre niveau de risques (présence d’un poêle, d’une cheminée, d’une véranda…).

Vous devrez aussi estimer le montant des biens à assurer (objets de valeur, bijoux, matériel high-tech, antiquités …).

Cette estimation est indispensable car elle a un impact sur le montant de votre prime d’assurance. En effet, plus le montant des biens à assurer est élevé, plus le tarif de votre prime d’assurance sera élevé.

Le montant estimatif servira également de base à l’assureur pour déterminer l’indemnité de remboursement à vous verser en cas de sinistre.

Une fois que vous disposerez de toutes ces informations, rendez-vous sur notre comparateur en ligne pour répondre à différentes questions.

Puis, cliquez sur « valider ».

Le formulaire affichera alors tous les contrats de nos assureurs partenaires correspondant à votre profil (propriétaire occupant ou non, locataire), à votre type de logement (maison, appartement, résidence secondaire, location de vacances), aux extensions de garanties sélectionnées (piscine, jardin, objets de valeur ou high tech), au montant des biens à assurer indiqué.

Ensuite, pour chacun des devis d’assurance affiché, vous n’aurez plus qu’à comparer les niveaux de garanties proposées et les tarifs correspondants.

En procédant ainsi, vous êtes sûr de ne pas vous tromper dans le choix de votre contrat.

Liens utiles et lois applicables

Envie d’en savoir plus ? Consultez ces différents sites :

 

Vous pouvez aussi vous référer aux lois citées ci-dessous :

Qu’est-ce qu’une attestation d’assurance habitation ?

En tant que locataire, vous devrez fournir à votre propriétaire une attestation d’assurance. Ce document est le document légal lui prouvant que vous avez bien assuré son logement. Ainsi, il est assuré d’être remboursé en cas de dommage que vous pourriez causer.

Vous devrez fournir ce document lorsque vous signerez votre bail de location ou quelques jours après la signature.

Sans ce justificatif, le propriétaire est en droit de rompre le bail et de vous demander de quitter les lieux.

Notre conseil : afin d’être en règle, fournissez à votre propriétaire, une copie de cette attestation tous les ans.

Locataire : comment obtenir votre attestation ?

L’attestation est gratuite. Elle est établie par l’assureur au moment de la souscription du contrat.

Vous pourrez la télécharger directement via votre espace perso. Ou nous demander de l’envoyer par mail ou par courrier.

Propriétaire : comment obtenir l’attestation de votre locataire ?

Avant la signature du bail, prévenez votre locataire qu’il devra vous fournir ce document. Si jamais, vous aviez des difficultés à la récupérer, nous vous conseillons de lui envoyer un courrier avec accusé de réception.

Vous trouverez ici un modèle de courrier de demande d’attestation d’assurance habitation.

Vous n’avez pas réussi à télécharger votre attestation ? Appelez un des nos conseillers au 02 30 06 00 60. Ils pourront vous aider à la télécharger ou vous l’envoyer par mail.

Le sinistre de votre instrument survient dans votre logement

L’instrument de musique peut être considéré comme un équipements de loisir aux yeux de l’assureur. Le contrat d’assurance habitation est donc suffisant pour bien le couvrir.
Le matériel est inclus dans le capital mobilier ou dans le capital objets précieux lorsque sa valeur atteint un certain montant.

Outre la responsabilité civile, les instruments sont couverts en fonction des garanties prévues dans votre assurance. Par exemple :

Selon la situation, peuvent également marcher catastrophe naturelle ou encore la garantie tempête.

Comment assurer votre équipement en déplacement ?

Il existe plusieurs couvertures qui peuvent intervenir pour indemniser votre instrument en cas de sinistre.

ASSURER VOS DÉPLACEMENTS PAR L’ASSURANCE HABITATION

Certaines assurances peuvent prendre en charge l’instrument et le matériel associé comme un ampli, une sono ou la table de mixage, lorsqu’ils sont déplacés sur un même territoire donné.

C’est-à-dire que si vous déplacez votre matériel sur un même parcours rituel, par exemple de votre logement jusqu’au lieu de cours de musique : l’assurance habitation peut couvrir le trajet.

COUVRIR VOTRE INSTRUMENT DE MUSIQUE AVEC VOTRE ASSURANCE AUTO

En cas de vol dans votre voiture, une option « effets personnels » peut être souscrite. Les objets présents dans le véhicule peuvent donc être assurés en cas d’agression ou si le véhicule a été fracturé.

Cette garantie intervient pour couvrir le contenu dans la limite d’un montant maximum. Les franchises déterminent aussi le remboursement en cas de sinistre.

Si vous transportez souvent votre instrument dans votre voiture, cette garantie vous sera utile et faites attention aux limites de prises en charge.

UNE ASSURANCE MUSICIEN : DES GARANTIES ADAPTÉES

Il existe des couvertures spécifiques si vous avez un instrument fragile et cher ou si vous faites de nombreux déplacements, par exemple pour des concerts, des répétitions, pour une fanfare …

Cette assurance spécialisée couvre d’autres types de sinistres comme les chutes, les chocs et les bris accidentels.