Menu
Aide

Quels sont les moyens de payer votre voiture ?

Par vous-même

Une fois que le concessionnaire vous a présenté un budget pour l’achat d’un nouveau véhicule, vous pouvez : effectuer un virement sur un numéro de compte établi par votre vendeur, remettre un chèque correspondant au montant total ou, dans des cas moins fréquents, payer en espèces le prix de la voiture.

Par financement

Comme dans le cas précédent, le concessionnaire établit une estimation du montant total du véhicule et vous demandez à une banque ou à une institution financière de lui permettre de payer le prix de la voiture par versements échelonnés. Seront rajouté des intérêts au montant total.

Mais attention, car pour accorder le financement un organisme regarder l’historique de vos crédit, votre solvabilité actuelle et votre niveau de revenu.

En leasing (location avec option d’achat)

Vous signez un contrat de leasing avec qui une société acquiert la voiture afin de vous la céder par la suite. Soit en tant qu’utilisateur privé, soit en tant que travailleur indépendant ou en tant qu’entreprise.

En échange d’une somme d’argent établie par contrat  fixe ou variable, selon ce qui a été convenu et pour une certaine période de temps – coïncidant généralement avec la durée de vie utile de la voiture.

Une fois cette période écoulée, vous pouvez exercer une option d’achat sur la voiture et si vous payez le dernier versement (valeur résiduelle – la différence entre ce que la société de leasing a payé + les frais et les intérêts du contrat et ce que l’utilisateur a payé pendant la durée du contrat). Vous devenez alors le propriétaire du véhicule.

Qu’est-ce qui est inclus dans le contrat ?

Un contrat de location comprend :

Et qu’est-ce qui n’y figure pas ?

Quelle est la différence avec le crédit-bail (LOA) ?

Dans le cas du leasing, l’entité financière acquiert la voiture que le client souhaite et, par la suite, la lui loue en échange de mensualités fixes ou variables pendant la durée de vie du véhicule, sans inclure les dépenses qui en découlent (l’assurance, le paiement des taxes, révisions mécaniques, réparation des pannes).

Alors que, dans le cas de la location, la société loue la voiture à l’utilisateur pour un montant fixe pendant une période de temps déterminée, en incluant toutes les dépenses qui en découlent (‘exception du carburant).

Pour faire simple, alors que le leasing couvre toute la durée de vie de la voiture, la durée de location est variable en fonction de ce que le client souhaite (un an, deux ans, quatre ans, etc.), et une fois ce contrat terminé, il est possible de changer de véhicule en signant un nouveau contrat de cession

Quels sont les avantages de la location longue durée (LLD) ?

Quels sont les inconvénients ?

Que se passe-t-il à la fin du contrat de location ?

Vous avez trois possibilités :

  1. Remettre le véhicule au concessionnaire
  2. Remettre la voiture et signer un nouvel accord en recevant en échange un véhicule neuf.
  3. Convenez d’un accord avec le concessionnaire ou la société de financement de l’achat du véhicule dont avec qui vous avez fait votre contrat. Soyez prudent, car il s’agit d’un accord entre les parties qui est conclu ultérieurement et qui n’est pas inclus dans le contrat.

Vous souhaitez acheter une voiture d’occasion chez un concessionnaire ?

Si vous décidiez de racheter votre véhicule à l’entreprise après l’expiration du contrat ou que vous avez choisi d’acheter une voiture à l’entreprise, des points sont à garder en tête :

Quels sont les avantages fiscaux de la location longue durée ?

Il n’y as aucun avantage fiscale si vous êtes une personne.

En revanche pour les sociétés, elles peuvent déduire de l’impôt sur les sociétés 100 % du montant des mensualités de leur location, car celle-ci est considérée comme une dépense liée à leur activité professionnelle.

Enfin pour les professionnels et indépendants, une déduction est possible dans le remboursement mensuel de l’impôt sur le revenu . Cela dans le cadre du régime de l’impôt direct sur le revenu. La condition ? Il doit s’agir d’une dépense nécessaire au développement de votre activité professionnelle).

Quelles sont les étapes à suivre lors de l’achat d’une voiture ?

  1. La demande de voiture : rendez-vous dans les locaux de la société de location avec les documents requis et signez le contrat.
  2. Livraison du véhicule : Comme pour l’achat d’une voiture, vous venez chercher votre véhicule dans les locaux de la concession de la marque du véhicule où il a été acheté.
  3. Révisions : En plus des révisions établies par le constructeur automobile, le concessionnaire peut vous obliger à passer des contrôles supplémentaires. Bien sûr, sans aucun coût.
  4. Pannes : En cas de panne mécanique, pour autant qu’elle ne soit pas causée par une mauvaise utilisation du véhicule (dans ce cas, le contrat ne couvre pas les frais de réparation), l’utilisateur doit informer la société ou le financier, qui lui indiquera dans quel atelier il réparera son véhicule.
  5. Paiement des impôts : Les frais mensuels payés comprennent non seulement le paiement des taxes mais aussi leur gestion.
  6. Dernière étape lors d’un contrat de location longue durée : la restitution de la voiture une fois le contrat rempli.

Pour cela vous recevrez une notification de l’entreprise de location indiquant la procédure à suivre pour restituer la voiture. L’entreprise évaluera l’existence éventuelle de dommages dans le véhicule et, dans ce cas, appliquera une pénalité qui dépendra de l’importance des dommages – par exemple, des brûlures superficielles dans le revêtement peuvent supposer un coût approximatif de 30 euros.

Comment bénéficier de la prime à la conversion ?

Le but initial de cette démarche est de renouveler et rendre plus propre le parc automobile français  en éliminant les véhicules polluants. De manière indirecte, ce coup de pouce de l’État permet aussi de financer la transition écologique qui s’impose aujourd’hui.

Si vous être propriétaire d’un véhicule/ camionnette polluant et que vous souhaitez la mettre en rebut, vous est susceptible de bénéficier de cette prime en passant 3 étapes.

La 1ère étape est de mettre à la casse, ou en centre de VHU (Véhicule Hors d’Usage) agréé, votre ancien véhicule dans les 3 mois précédant l’achat de votre nouvelle voiture ou dans les 6 mois suivant. Lors de la mise en rebut vous devrez être titulaire d’un contrat d’assurance. Le véhicule nouvellement acheté peut être neuf ou d’occasion et doit respecter les conditions imposées par l’État. Son immatriculation et son assurance sont nécessaires pour toucher la prime à la casse, qui variera en fonction de la situation fiscale de l’acquéreur et du type de véhicule acheté.Lors de la dernière étape deux cas de figure peuvent se poser :

VOUS ACHETEZ LE VÉHICULE AUPRÈS D’UN PROFESSIONNEL :

Le professionnel peut vous avancer le montant de la prime à la casse qui sera alors déduit du prix d’achat TTC. Le vendeur fera donc la demande auprès du site dédié et se fera directement remboursé par l’État sans que vous ayez de démarche à faire.
Dans le cas ou le professionnel n’avance pas le montant de l’aide, il conviendra de faire la demande sur le site dédié après avoir mis au rebut votre voiture auprès d’un centre agréé. Vous devrez vous munir du certificat d’immatriculation de votre ancien véhicule, du nouveau ainsi que de votre RIB.

VOUS ACHETEZ LE VÉHICULE AUPRÈS D’UN PARTICULIER :

Il conviendra de faire la demande sur le téléservice dédié : primealaconversion.gouv.fr après avoir mis votre véhicule à la casse. Munissez-vous du certificat d’immatriculation de votre ancien véhicule, du nouveau ainsi que de votre RIB.

Quelles sont les conditions pour la prime à la casse ?

Quels véhicules peuvent être repris ?

Afin de bénéficier de ce dispositif certaines conditions sont obligatoires :

Il faut être majeur, français et acheter ou louer (avec option d’achat) un véhicule neuf ou d’occasion peu polluant de 60 000 euros maximum.

Les ménages les plus modestes peuvent en bénéficier. La prime sera la même que votre voiture soit une essence ou un diesel. Votre revenu fiscal de référence par part, que vous trouvez sur la page 1 de votre avis d’imposition,  doit être inférieur ou égal à 18 000 euros depuis le 1er juin 2020. Avant cette date, le revenu fiscal de référence ne devait pas dépasser les 13 489 euros. Il convient de prendre en compte celui de l’année précédent l’acquisition du nouveau véhicule. Cela signifie que la prime dépend plus du caractère imposable ou non des foyers.

LES RÈGLES D’ÉLIGIBILITÉ À RESPECTER POUR L’ANCIEN VÉHICULE :

Pour être éligible à la prime, l’ancienne voiture  doit obligatoirement être remise dans les 3 mois précédant l’achat du nouveau véhicule ou dans les 6 mois suivant.

Lors de la remise du véhicule, ce dernier doit obligatoirement être assuré et immatriculé définitivement et doit vous appartenir depuis au moins 1 an. La carte grise doit donc être à votre nom ou à celle de votre conjoint si vous êtes pacsé ou marié. En revanche, il n’est pas obligatoire que le contrôle technique soit à jour. Néanmoins, il ne doit pas être gagé.

Un véhicule est éligible au dispositif à condition d’être titulaire d’un contrat d’assurance depuis au moins un an et en cours de validité à la date  de sa remise pour destruction ou à la date de facturation du véhicule acquis ou loué.
Le nouveau véhicule quant à lui ne devra pas être revendu dans les 6 mois suivant son achat ou avant d’avoir parcouru au moins 2 000 kilomètres. En cas de non respect de ces conditions pour devrez alors restituer l’aide qui vous a été octroyé conformément au code de l’énergie. Cette restitution doit se faire dans un délai de trois mois suivant la cession du véhicule.

LES RÈGLES D’ÉLIGIBILITÉ A RESPECTER POUR LE NOUVEAU VÉHICULE D’OCCASION OU NEUF :

Le nouveau véhicule acheté ou loué peut être un utilitaire, une camionnette, une voiture particulière, un deux-roues, trois-roues ou quadricycle et devra être immatriculé en France.

Si c’est une location longue durée avec option d’achat, le contrat de location doit être conclu pour une durée de deux ans minimum.

Tous les véhicule neufs ou d’occasion émettant moins du 145g de CO2/km peuvent faire l’objet de cette prime. Mais avec des conditions différentes selon sa vignette Crit’Air, laquelle fait office de certificat de qualité de l’air.

Quel est le montant de la prime à la casse ?

Le montant de la prime peut atteindre jusqu’à 5 000 euros pour l’acquisition d’un véhicule propre. Il est donc dans votre intérêt de bien y réfléchir.  Pour les foyers dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 18 000 €, il faudra acheter un véhicule électrique ou hybride rechargeable avec autonomie suffisante. Les véhicules éligibles doivent avoir moins de 109 grammes de CO2 norme NEDC (ou 137 grammes WLTP).

Source : décret du 30 mai 2020

La prime à la conversation est-elle cumulable avec le bonus écologique ?

Au même titre que la prime à la casse, le bonus écologique est une aide financière pour acheter ou louer un véhicule hybride rechargeable ou voiture électrique neuve, il vient en complément de la prime à la conversion. Vous pouvez donc tout à fait cumuler les deux primes. Dans ce cas, une seule demande d’aide peut être présentée. Leur paiement sera simultané.

Une voiture ne sera éligible au bonus écologique seulement si le taux d’émission de dioxyde de carbone sera inférieur ou égal à 50g/km. Les montants octroyés pour le bonus écologique vont dépendre de la catégorie du véhicule, du coût d’acquisition ainsi que votre statut juridique (personne physique ou morale).

Pourquoi acheter une voiture électrique ?

Les voitures électriques sont de plus en plus populaires pour un certain nombre de raisons.

Le pétrole est volatile et les épisodes de panique d’approvisionnement avec des queues à rallonge aux abords des stations essences sont récurrentes. Conduire une voiture et éviter tout le stress lié à l’approvisionnement en essence devient de plus en plus souhaitable.

Mais au-delà de cela, la tendance générale à la pensée écologiste qui prévaut actuellement dans une grande partie du monde affecte certainement les choix des gens dans l’industrie automobile.

L’argument écologique fait aussi mouche auprès de certains consommateurs. Avec les voitures électriques ou hybrides, le risque de pollution aux particules fines se réduit. L’air est plus respirable.

Cependant, le risque écologique existe concernant les batteries. Celles-ci sont fabriquées à partir de métaux rares, polluants à l’extraction. En outre, leur traitement et recyclage en fin de vie est encore méconnu. Il y a donc un risque de pollution environnementale.

Le second risque est la façon avec laquelle est produite leur énergie. Si en France, l’électricité produite par des centrales nucléaire est « propre », dans bien d’autres pays l’électricité est produite grâce aux mines de charbon. Celles-ci sont connues pour émettre de grandes quantités de gaz à effet de serre et d’être nocif pour l’environnement.

Enfin, la voiture électrique permet une réduction de la pollution sonore sur les voies de circulation. Son coût d’entretien est aussi beaucoup plus bas : pas de vidange à faire, de filtre à air et à carburant à changer, etc. Un moteur électrique ne demande presque aucune attention et même les disques et plaquettes de freins durent plus longtemps.

Quelle différence avec une voiture hybride ?

Contrairement aux voitures électriques, qui sont équipées de moteurs électriques et de batteries rechargeables, les hybrides fonctionnent avec une combinaison d’essence et d’électricité. Lorsque le moteur à combustion tourne, il recharge la batterie du moteur électrique. Les hybrides rechargeables peuvent être rechargés de la même manière que les véhicules électriques. Cependant, elles possèdent des moteurs à essence de secours, ce qui évite le stress de l’autonomie que certains ont avec leur voiture électrique.

Quel est le coût d’une assurance auto pour voiture électrique ?

Si ce type de voiture coûte plus cher à l’achat, le prix de l’assurance peut vous encourager grâce à des offres avantageuses dédiées.

Les assureurs récompensent les conducteurs ayant fait le choix d’un véhicule économique et moins dangereux. Ils offrent donc souvent des remises sur le tarif de leur assurance auto. Pour le calculer, les compagnies d’assurance se basent sur de multiples critères et, notamment, la fréquence des sinistres survenus avec votre type de voiture. Ils ont ainsi observé que les voitures électriques engendraient peu d’accidents. Pourquoi ? Parce que leur vitesse est limitée. En effet, généralement ce type de véhicule peut rouler entre 50 et 80 km/h. En plus, ils disposent d’une faible autonomie limitant la longueur des déplacements et donc la probabilité d’avoir un sinistre.

Enfin, les réparations potentiellement prises en charge par l’assurance, sont faibles voire inexistantes. La plupart des constructeurs de véhicules électriques vendent leurs engins avec un forfait entretien et changement de batterie. Malgré son coût à l’achat, la voiture électrique ou hybride permet donc de réaliser diverses économies dans le temps (d’assurance, de carburant, de réparation…)

Quelles garanties choisir pour bien assurer votre véhicule ?

Pour être bien protégé, vous devez souscrire les garanties adéquates. Elles ont un coût et font souvent grimper la facture. Il est toutefois fortement conseillé de les adopter.

  • Assurez-vous en « Tous risques » pour disposer d’une couverture performante. Le tarif de votre assurance est sensiblement le même que son équivalent pour un véhicule classique.
  • Optez pour la garantie « Valeur à neuf ». Cette clause est parfois incluse dans des contrats hauts de gamme et, notamment, dans les formules tous risques. Sinon, souscrivez-la en plus. Si vous subissez un sinistre, vous êtes intégralement remboursé. Les réparations des véhicules électriques sont plus onéreuses. En effet, les pièces détachées sont plus chères. La garantie « Valeur à neuf » s’avère donc indispensable, compte tenu des montants en jeu.

Lors du chargement de votre voiture, des passants risquent de trébucher sur un câble et se blesser. Assurez-vous donc que votre police d’assurance de voiture électrique vous couvre en matière de responsabilité civile en cas d’accident.

UNE COUVERTURE SUPPLÉMENTAIRE TEMPORAIRE

Les voitures électriques sont peu adaptées pour un long trajet en comparaison aux véhicules essence ou diesel. De plus, l’autonomie des voitures électriques est limitée et ne dispose pas d’un système de recharge rapide. Pour pallier ce problème, certains constructeurs prévoient l’utilisation d’une voiture à essence ou diesel pendant un nombre de jours déterminés par an. Lorsque vous obtenez des devis, vérifiez donc si la police comprend une couverture suffisante pour le prêt à court terme d’une voiture en plus du véhicule électrique principal.

Quelle formule souscrire pour bien assurer sa batterie ?

La batterie est, en général, louée par le concessionnaire. Insistez donc pour l’assurer directement au moment de l’achat ou pour la rajouter à votre contrat d’assurance auto. Vous aurez aussi besoin d’une prise électrique pour la recharger. Elle est semblable à celle de votre plaque électrique ou de votre lave-vaisselle. Elle doit être déclarée dans votre contrat d’assurance habitation.

Si jamais votre batterie tombait en panne, ne la réparez pas vous-même. Si des dégâts sont constatés, le concessionnaire pourrait se retourner contre vous. Il est nécessaire d’appeler systématiquement un dépanneur certifié pour ces réparations.

BATTERIES EN LEASING 

Si vous louez votre batterie dans le cadre d’un contrat distinct de celui de la propriété du véhicule, il est important d’en informer votre compagnie d’assurance afin d’éviter tout problème en cas de sinistre.

Le câble de batterie est fondamental pour le bon fonctionnement du véhicule. En outre, il s’agit d’un élément coûteux, il est donc nécessaire de le faire assurer. De même, il est important d’avoir une assistance zéro kilomètre en cas de panne de batterie au pied de votre domicile.

Hybride

La voiture hybride est un compromis entre un véhicule classique et une voiture électrique. Les assureurs proposent donc des remises pour vous encourager à acheter des véhicules propres.

Existe-t-il des moyens de réduire les coûts de l’assurance des voitures électriques ?

Il existe quelques moyens de réduire les coûts :

CONDUISEZ PRUDEMMENT

C’est le facteur le plus évident à long terme. L’obtention d’une réduction à long terme pour absence de sinistre rendra votre assurance moins chère, quelle que soit votre voiture. Il en va de même pour les modèles rechargeables. Évitez les excès de vitesse et respectez la loi, car les points inscrits sur votre permis de conduire augmenteront également le coût de votre assurance.

PAYEZ VOTRE PRIME À L’AVANCE

Si vous en avez les moyens, payez le montant total de votre assurance automobile au moment où vous souscrivez à la police. Dans de paiement par prélèvement automatique, vous devrez généralement payer des intérêts. De plus, si vous payez par carte de crédit, vous payerez devrez probablement un pourcentage basé sur votre prime.

RÉDUISEZ VOTRE KILOMÉTRAGE

Les assureurs reconnaissent que moins vous parcourez de kilomètres, moins vous risquez d’être impliqué dans un accident. Dans la mesure du possible, calculez le kilométrage prévu pour établir un devis à l’attention de votre assureur. Les acheteurs de véhicules 100% électriques, en particulier, sont susceptibles de parcourir moins de kilomètres simplement en raison des restrictions d’autonomie de la voiture. Il est donc possible que votre kilométrage annuel diminue.

Il est toutefois important que vous soyez certain du chiffre de kilométrage que vous donnez. Un dépassement de celui-ci entraînerait une augmentation des primes ou des excès.

AUGMENTEZ VOTRE FRANCHISE

Certains assureurs offrent des réductions si vous êtes prêt à opter pour une franchise plus élevée. Cependant, assurez-vous que vous pouvez vous le permettre, car c’est le montant qui vous sera demandé pour un sinistre.

CHOISISSEZ D’INSTALLER UN BOÎTIER CONNECTÉ

De plus en plus populaires auprès des conducteurs, les appareils connectés permettent une réduction de votre prime d’assurance. En effet, grâce aux informations fournies à votre assureur, ce dernier, en fonction de la qualité de votre conduite, peut vous accorder une remise sur votre prime d’assurance.

Retrouvez le produit Novys d’AcommeAssure qui repose sur le principe d’un boîtier connecté. Une assurance dédiée aux jeunes conducteurs qui peuvent obtenir d’importantes réductions de primes sur des assurances élevées.

Une autre option possible est proposé chez nous : l’utilisation d’une caméra embarquée sur le tableau de bord pour enregistrer avec précision tout incident.

Vous cherchez une assurance au meilleur prix ? Comparez

Pour réduire le prix de votre assurance auto, tout en conservant des garanties de qualité, il ne vous reste plus qu’à comparer. Vous pourrez ainsi trouver l’assurance vous permettant de bénéficier d’une réduction maximum de prix pour l’achat d’un véhicule hybride ou électrique.

L’assurance auto est-elle suffisante pour couvrir les accessoires de voiture ?

Tout contrat d’assurance automobile comprend une garantie responsabilité civile qui joue en cas de dommages causés à autrui. C’est donc elle qui intervient si l’un de vos accessoires abîme un autre véhicule ou blesse un piéton. Toutefois, il est conseillé de souscrire des garanties spécifiques pour couvrir le matériel lui-même ainsi que son contenu.

Quelle est la meilleure option pour couvrir vos porte-vélos, bagages de toit et accessoires ?

UNE GARANTIE ACCESSOIRES POUR LES ACCESSOIRES

La garantie accessoires ou accessoires et aménagements du véhicule est souvent une option que vous devez ajouter à votre contrat de départ. Elle couvre les dégâts causés à votre coffre de toit, votre porte-vélo, votre galerie de toit et tout élément ajouté au véhicule après sa sortie d’usine : GPS, autoradio, jantes spéciales… En général, les dommages couverts doivent survenir lors d’événements garantis au contrat : vol, incendie, accident de la circulation, tempête, grêle…

UNE GARANTIE CONTENU PRIVÉ POUR VOS OBJETS

Cette option fonctionne à peu près comme la garantie accessoires. Elle couvre les effets personnels rangés dans votre boîte de toit ou les vélos fixés à votre support à vélos. La nature de certains biens ainsi que des circonstances de sinistre précises sont généralement exclues :

Si vous ne souhaitez pas ajouter cette garantie, nous vous conseillons d’assurer vos vélos ou vos skis de manière indépendante. Dans le cas contraire, le coût de leur réparation ou de leur remplacement n’est pas du tout pris en charge.

Comment rouler en toute sécurité avec un accessoire ?

Pour vous prémunir en cas d’accident, souscrire la bonne assurance est primordial. Il est encore mieux d’éviter le sinistre en suivant ces quelques conseils de bon sens.

COFFRE DE TOIT ET BARRE DE TOIT : ATTENTION À NE PAS DÉPASSER

Voici quelques précautions à prendre avant de vous installer au volant :

PORTE-VÉLO : QUEL SYSTÈME D’ATTELAGE UTILISER ?

Pour transporter des vélos sur votre véhicule, plusieurs systèmes sont possibles : le porte-vélo d’intérieur, de toit, de coffre, d’attelage ou sur roue de secours pour les 4×4. Privilégiez le dispositif dit d’attelage qui se fixe à l’arrière du véhicule ou en remorque. Une nouvelle plaque d’immatriculation et de nouveaux feux arrières sont nécessaires. Veillez à ne pas les dissimuler derrière le porte-vélo.

Comparez votre assurance auto pour économiser !

En fonction de votre véhicule, on vous explique comment choisir la meilleure assurance auto .

VOITURE LOCATION

Vous louez une voiture pour les vacances ? Et vous vous demandez comment rouler avec une voiture de location tout en étant bien assuré ? Suivez ces quelques conseils pour choisir la meilleure assurance auto.ASSURANCE AUTO VOITURE LOCATION

VÉHICULE ÉLECTRIQUE

Est-il possible de trouver une assurance auto pas chère pour un véhicule électrique ou hybride ? En effet, si ce type de voiture coûte plus cher à l’achat, le prix de l’assurance peut vous encourager à acheter une voiture verte. Voici nos conseils pour choisir votre assurance au mieux.ASSURANCE AUTO VOITURE ÉLECTRIQUE

VOITURE NEUVE

Après avoir acheté une voiture neuve, vous devez maintenant l’assurer au mieux. Nos conseils pour trouver la meilleure assurance.ASSURANCE AUTO VOITURE NEUVE

Choisir un niveau de garantie maximal

Vous venez d’acheter une voiture neuve. Au vu du montant dépensé, vous devez choisir avec soin votre contrat pour être sûr que vous serez bien assuré en cas de sinistre responsable ou non.

Généralement, les conducteurs d’une voiture neuve souscrive une assurance « tous risques » à minima durant les trois premières années suivant l’achat.

Cette assurance tous risques est la seule qui vous garantit d’être bien protégé en cas d’accident car elle offre un niveau de garantie optimal qui couvre deux aspects différents :

 

Assurer une voiture neuve : quelles sont les options à considérer ?

 

Utilisez notre comparateur en ligne pour comparer les différents niveaux de garanties car, d’un assureur à l’autre, il existe des différences au niveau des montants pris en charge.

Il existe aussi des garanties optionnelles particulièrement adaptées lorsque que l’on souhaite assurer une voiture neuve.

 GARANTIE « VALEUR À NEUF »

cette garantie est valable les deux premières années car elle permet d’être indemnisé à hauteur du prix d’achat en cas de sinistre. Une fois que le délai de deux ans est dépassé, nous vous conseillons de supprimer cette option qui vous reviendrait trop cher.

 GARANTIES « VOL, BRIS DE GLACE, INCENDIE »

Les contrats d’assurance tous risques ne couvrent pas forcément ces risques. Nous vous conseillons donc de bien vérifier les conditions générales de votre assurance « tous risques » pour vérifier qu’elles y figurent bien.

N’hésitez pas à utiliser notre comparateur en ligne pour obtenir un devis d’assurance auto. Vous pouvez aussi appeler un de nos conseillers au 02 30 06 00 60. Ils vous aideront à choisir le meilleur contrat.

Quelle catégorie pour votre véhicule ?

VÉHICULES ÉLECTRIQUES, HYBRIDES, GAZ ET HYDROGÈNE

Classe Couleur de la pastille Type de véhicules 
Électrique Verte Véhicule électrique et hydrogène (peut importe la date)
1 Violette Véhicule gaz (peut importe la date)Véhicule hybride rechargeable (peut importe la date)

VÉHICULES THERMIQUES

Classe Couleur de la pastille Date de 1ère immatriculation en norme Euro
Diesel
Date de 1ère immatriculation en norme Euro
Essence
1 Violette À partir de 2011
EURO 5 et 6
2 Jaune À partir de 2011
EURO 5 et 6
De janvier 2006 à décembre 2010
EURO 4
3 Orange Entre 2006 ET 2010
EURO 4
De janvier 1997 à décembre 2005
EURO 2 et 3
4 Bordeaux Entre 2001 et 2005
EURO 3
5 Grise Entre 1997 et 2000
EURO 2
Non classés Pas de pastille Avant 1997
EURO 1 et avant
Avant 1997
EURO 1 et avant

VÉHICULE UTILITAIRE LÉGER

Classe Couleur de la pastille Date de 1ère immatriculation en norme Euro
Diesel
Date de 1ère immatriculation en norme Euro
Essence
1 Violette À partir de 2011
EURO 5 et 6
2 Jaune À partir de 2011
EURO 5 et 6
De janvier 2006 à décembre 2010
EURO 4
3 Orange De janvier 2006 à décembre 2010
EURO 4
D’octobre 1997 à décembre 2005
EURO 2 et 3
4 Bordeaux Entre 2001 et 2005
EURO 3
5 Grise Entre 1997 et 2000
EURO 2
Non classés Pas de pastille Avant octobre 1997
EURO 1 et avant
Avant  octobre 1997
EURO 1 et avant

Comment commander sa vignette Crit’Air ?

La vignette Crit’Air peut être commandée sur le site certificat-air.gouv.fr. Pour commander une vignette Crit’Air,vous, propriétaire du véhicule devez indiquer le numéro d’immatriculation (présent sur votre carte grise).

Ensuite cette vignette Crit’Air vous est facturée 3 euros 11 centimes (mais compter 3,62 € par voie postale avec le coût de livraison). Il est également possible de retirer votre vignette Crit’Air en préfecture ou en mairie.

La vignette Crit’Air est valable pour toute la durée de vie du véhicule. Il est donc inutile d’en redemander une nouvelle quand vous achetez un véhicule d’occasion si celui-ci est déjà équipé de la pastille.

⚠️Certains sites frauduleux proposent l’envoi de la vignette Crit’Air à un prix bien supérieur que celui pratiqué par le site officiel. Le principe de ses sites, passer  eux-mêmes commande auprès du site officiel.

Et la vignette Crit’Air pour les motos ?

Les deux-roues sont également concernés.

À savoir :  pour tous les deux-roues immatriculés pour la première fois avant le 1er mai 2000, vous ne pouvez pas circuler dans Paris en semaine.

Classe Couleur de la pastille Date de 1ère immatriculation en norme Euro
1 Violette À partir de 2017 pour les motosÀ partir de 2018 pour les cyclomoteurs
EURO 4
2 Jaune De janvier 2007 à décembre 2016 pour les motosDe janvier 2007 à décembre 2017 pour les cyclomoteurs
EURO 3
3 Orange De juillet 2004 à décembre 2006
EURO 2
4 Bordeaux De juin 2000 au 30 juin 2004
Pas de norme tout type
5 Grise
Non classés Pas de pastille Avant 1997
EURO 1 et avant

Quels sont les lieux où les restrictions s’appliquent ?

Chaque ville est libre de fixer ses propres critères d’application du système anti-pollution Crit’Air. On va donc retrouver des différences sur :

Exemple : Depuis le 1er juillet 2019, les véhicules faisant partie de la catégorie Crit’Air 4 n’ont plus le droit de circuler dans la capitale parisienne du lundi au vendredi entre 8h et 20h, mais aussi dans le périmètre intérieur à l’A86.

crit air

Un peu de vocabulaire

QU’EST-CE QU’UNE ZONE ZRC ?

Une zone ZRC est une zone de circulation restreinte, une zones environnementales fixes dont les restrictions sont constantes qu’importe le niveau de pollution. Généralement présentes en centres-villes, elles permettent d’exclure de la circulation les véhicules les plus polluants.

Liste non exhaustive des zones ZRC : Paris, Grenoble, Lille, Strasbourg, Lyon, Toulouse.

QU’EST-CE QU’UNE ZONE ZPA ?

C’est une zone de protection de l’air. Elle délimite le périmètre de la circulation différenciée en cas de pic de pollution.

Liste non exhaustive des zones ZPA : Vallée de l’Arve, Guéret, Chartres, Chambéry, Rennes, Toulouse, Strasbourg, Lyon-Villeurbanne, Lille, Grenoble, Annecy, Paris.

QU’EST-CE QU’UNE ZONE ZPAD ?

Contrairement aux zones ZPA une zone SPAd est une zone de protection de l’air dont les limites ne sont pas définies à l’avance. Elles concernent un département entier dans lequel des restrictions de circulation peuvent être temporaire.

Liste des zones ZPAd : Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, La Roche-sur-Yon, Marseille, Montpellier, Niort, Orléans, Pau, Poitiers, Valence, Chambéry, Bordeaux, Auch, Annecy, Angers.

Vous possédez déjà la vignette ?

Vérifiez que votre classification est la bonne !

Pour vous aider, le ministère de la Transition écologique et solidaire met à disposition de tous  un simulateur. Il vous sera alors demandé de renseigner votre type de véhicule (voitures particulières, utilitaires légers, motocyles, cyclomoteurs, poids lourds, autobus et autocar), la source d’énergie (essence, diesel, électricité, hydrogène, gaz, hybride rechargeable) et la norme EURO du véhicule (1,2,3,4,5 ou 6).

Retrouvez toutes ces informations sur le certificat d’immatriculation de votre véhicule.

Quelle est la durée de vie d’une vignette ?

La classification environnementale d’un véhicule reste le même tout au long de sa vie de sa première immatriculation à sa dernière. C’est pourquoi le certificat qualité de l’air reste valable aussi longtemps qu’il reste lisible (les matériaux et les encres utilisées ont une grande longévité).

En cas de bris de glace qui vous fait changer votre pare-brise, il est obligatoire de commander un nouveau autocollant pour rester en règle.

Où placer votre vignette Crit’Air ?

Votre vignette Crit’Air doit être posée  :

  • Pour les deux-roues ou les trois-roues : sur la fourche du véhicule ;
  • Pour les autos/ cars/ poids lourds : sur la partie inférieure droite du pare-brise, recto tourné vers l’extérieur pour être vue par les agents de contrôle. Pour faire simple il faut la mettre au même endroit que la vignette de votre contrôle technique et de votre attestation d’assurance.

Quels sont les risques en cas de non-respect des réglementations ?

Si vous ne respectez les restrictions de circulation dans une zone ZRC (à circulation restreinte), vous êtes passible d’une contravention de 3ème classe 68€ pour une amende simple majorée à 180€ si vous ne payez pas dans les 45 jours pour les voitures et deux roues ou 375€ pour les autres véhicules.

? Depuis le 1er janvier 2020, les vendeurs et loueurs de véhicules ont l’obligation de placer une affiche sur les véhicules neufs et d’occasion devant préciser que la vignette est obligatoire. Cela est valable sur tous les documents physiques mais aussi numériques (par exemple les sites internet).

Vignette Crit’Air et circulation différencié ?

En 2020, la présence d’une vignette Crit’Air est obligatoire si vous circulez dans une zone où la circulation différenciée a été instaurée.  Les autorités instaure ce type de circulation lors de pics important de pollution dans les grandes agglomérations.

En effet, une circulation différenciée  restreint la circulation de certaines catégories. Si votre véhicule fait partie des classes Crit’Air 4 et 5, généralement vous  sera interdit de circuler lors des périodes de circulation différenciée.

Cette vignette est donc un moyen de luter contre la pollution atmosphérique des agglomération lors de gros pics.

Qu’est ce que le contrôle technique ?

Le contrôle technique est mis en place depuis 1986 par les services publics. Il a pour objectif de garantir la sécurité des usagers en mettant hors de circulation les véhicules dangereux ou hors état de marche.

Ce contrôle concerne tous les véhicules de tourisme et utilitaires légers de 4 ans et plus. 133 points de contrôle sont passés au crible par le contrôleur et classé en fonction de leur gravité. Si le résultat du contrôle est défavorable, une contre-visite est à réaliser dans les 2 mois.

Le contrôle technique doit être réalisé tous les 2 ans pour des véhicules “classiques”, tous les ans pour les taxis, sanitaire, véhicules de dépannage…

Bonne nouvelle pour les voitures de collection de plus de 30 ans. Le contrôle technique n’est obligatoire que tous les 5 ans.

À savoir : en plus de votre contrôle technique, il est maintenant obligatoire dans les grandes métropoles de vous munir d’une vignette Crit’Air.

Où faire son contrôle technique ?

Un contrôle technique ne peut être effectué dans n’importe quel centre. En effet, le contrôle doit être fait un centre de contrôle agréé par les autorités publiques.

Vous pouvez consulter la liste des centres agréés dans les préfectures, les sous-préfectures et sur le site de l’Organisme technique central du contrôle technique des véhicules.

Il est aujourd’hui très fréquent de pouvoir réserver son contrôle technique directement en ligne avec le choix de la date et du créneau horaire.

Conseil : pour faire des économies, regardez les contrôles techniques possibles sur internet le jour-même ou dans la semaine. Les établissements proposent souvent des réductions pour remplir les trous dans leur agenda.

Quel est le prix d’un contrôle technique ?

Le contrôleur est libre de fixer librement le prix de son intervention et de l’éventuelle contre-visite. Il a pour obligation d’afficher clairement le tarif pratiqué dans son établissement pour vous en informer.

Pour toutes prestations supérieures à 25 euros, le professionnel doit remettre au client une facture avec ses coordonnées, la date du jour, la date et le lieu d’exécution du contrôle. Un décompte en quantité et en prix des prestations et/ou produits vendus, la somme à payer (HT-TTC) ainsi que l’identité du client doivent aussi apparaître sur la facture.

La note doit être délivrée dès que la prestation est rendue et, en tout état de cause, avant le paiement.

À l’issue du contrôle, un procès-verbal dresse un état de chaque point vérifié sur le véhicule. Il est établi en double exemplaire et mentionne également :

Il doit vous donner un  exemplaire du procès-verbal.

Sans aucun défaut sur votre véhicule, votre contrôleur vous délivre un récépissé. Il appose dans la foulée une vignette sur le pare-brise précisant le mois et l’année du prochain contrôle.

QUE FAIRE AVANT UN CONTRÔLE TECHNIQUE ?

Un contrôle technique se prépare, surtout si vous n’êtes pas confiant quant à l’état de votre véhicule.

Voici quelques points à vérifier si vous ne voulez pas de contre-visite :

Autres points à regarder : le bon fonctionnement du klaxon et de sa commande, le système de blocage du volant, la fixation et le bon fonctionnement de vos rétroviseurs intérieurs/extérieurs.

Tout ce qui est niveaux de liquide (huile, frein, lave-glace, direction assistée) doivent aussi être contrôlé.

Après la vérification de tous ces éléments, votre contrôle technique se passera comme sur des roulettes.

Comment se passe un contrôle technique ?

Le jour de votre contrôle technique est arrivé. N’oubliez pas de présenter un véhicule propre c’est-à-dire avec un coffre non encombré.

Prenez avec vous votre carte grise (certificat d’immatriculation). Sans le contrôle technique ne se fera pas.

Prévoyez 30 à 45 minutes pour le passage en revue des 133 points de contrôles réglementaires.

Un défaut est maintenant appelé défaillance. On les classe sous 3 catégories :

Si plusieurs défaillances sont constatées dont l’une est « critique », cette dernière devra en priorité faire l’objet d’une réparation, afin d’être levée.

Les autres défaillances constatées seront réparées dans le délai imparti en fonction de leur gravité.

Qu’est-ce que la contre-visite ?

Une contre visite est obligatoire si votre véhicule présente des défaillances. Ces dernières doivent impérativement être réparées chez un garagiste pour que le véhicule puisse à nouveau circuler.

Une nouvelle visite est alors prévue pour vérifier les réparations dans un délai maximum de 2 mois (pour les défaillances majeures) à partir de la date du contrôle technique ou d’une journée (pour les défaillances critiques).

Passé ce délai, la contre-visite ne peut plus être réalisée. Un nouveau contrôle technique devra donc être effectué.

Défaut de contrôle technique, quelles sont les sanctions ? 

Comme pour une infraction du code de la route, un défaut de contrôle technique ou de contre-visite peut être sanctionné.

En cas de contrôle par les forces de l’ordre, le défaut de contrôle technique, ou le défaut de contre-visite, constitue une infraction au Code de la route passible d’une amende forfaitaire de 135 €.

L’amende peut être minorée à 90 € ou majorée à 375 €. Cette variation se fait en fonction du délai de paiement.

Cette infraction n’a aucun impact sur les points de votre permis de conduire.

Votre véhicule peut être immobilisé par les forces de l’ordre jusqu’à ce que la visite technique soit effectuée. En outre, le véhicule peut aussi être conduit à la fourrière si les réparations obligatoires n’ont pas été exécutées.

Un contrôle technique n’est pas un élément à prendre à la légère et peut être pénalement puni si rien n’est fait.

Comment vendre sa voiture sans contrôle technique ? 

Légalement, rien ne vous interdit de vendre votre voiture sans un contrôle technique. La seule condition est de la céder à un garage ou un concessionnaire.

Alors, le professionnel à qui vous avez vendu votre véhicule réalisera le contrôle technique. Ainsi, il pourra la vendre par la suite en tant que voiture d’occasion.

Dans tous les autres cas exceptés la vente à un professionnel de l’automobile, le contrôle technique pour la vente d’une voiture d’occasion est obligatoire. Le propriétaire du véhicule doit lui faire passer un contrôle technique avant de la céder à l’acheteur. Vente de véhicule et contrôle technique vont de pair !

Il est possible de vendre une voiture d’occasion avec un contrôle technique nécessitant une contre visite. L’acheteur acquiert le véhicule en connaissance de cause. L’ancien propriétaire du véhicule  lui remet le procès-verbal de contrôle technique, mentionnant la nécessité de passer une contre visite avec la liste des défauts constatés.

Néanmoins, la vente devra forcément être réalisée entre la date à laquelle le contrôle technique a été réalisé, et la date limite de contre visite. Le propriétaire a donc un délai de 2 mois pour vendre sa voiture.

DON DE VOITURE : QUELLES SONT LES OBLIGATIONS ?

Vous souhaitez céder votre véhicule à titre gratuit. Le contrôle technique est également obligatoire dans ce cas de figure. La personne qui bénéficie du don du véhicule aura besoin d’un contrôle technique de moins de 6 mois pour faire le changement de carte grise en préfecture. Sans contrôle technique à jour, la préfecture ne délivrera pas de nouvelle carte grise.

L’Éthylotest anti-démarrage (EAD)

Conduire en état d’ivresse est dangereux pour soi-même et pour les autres usagers de la route.

C’est pourquoi, prendre le volant avec un taux d’alcool qui dépasse 0,5 gramme par litre de sang est prohibée par la loi.

Depuis le 18 septembre 2018, un décret a été mis sur pied pour contraindre les automobilistes, qui ont pour habitude de conduire avec une alcoolémie délictuelle, à utiliser un éthylotest antidémarrage.

Qu’est-ce qu’un éthylotest anti-démarrage ?

Abrégé AED, un éthylotest anti-démarrage est un petit appareil installé dans le véhicule et relié au démarreur.

Il permet de mesurer le taux d’alcool dans l’air expiré par le chauffeur qui souhaite conduire le véhicule. Avec pour but de limiter les risques d’accident provoqué par la consommation d’alcool, l’AED a pour rôle d’empêcher systématiquement le véhicule de démarrer si le taux d’alcoolémie enregistré est supérieur ou égal à 0,5 gramme d’alcool par litre de sang.

Avant de mettre le moteur en marche, le chauffeur doit d’abord souffler dans l’éthylotest anti-démarrage.
L’appareil mesure la quantité d’alcool que contient l’expiration du chauffeur.

Si le taux est supérieur à 0,5 gramme par litre de sang, le véhicule ne démarrera pas.

L’AED enregistre les données telles que le nombre de fois que le conducteur a soufflé, le taux d’alcoolémie, les dates et heures auxquelles le conducteur a pris le volant.

L’outil est utilisé depuis plusieurs années au Canada, aux États-Unis, en Autriche, en Hollande, en Suède et en Finlande. C’est tout récemment,  en septembre 2018, qu’il a été testé dans 7 départements de la France, à savoir la Drôme, le Finistère, la Réunion, Loiret, Manche, Vendée et le Nord. En France, un EAD homologué doit être installé sur tous les véhicules de transport en commun.

Pourquoi faut-il équiper un véhicule avec un éthylotest anti-démarrage ?

Chacun peut équiper volontairement son véhicule de cet outil technologique.

Cependant, une catégorie de personnes a l’obligation d’installer un éthylotest anti-démarrage sur leur véhicule.

Il s’agit de personnes contraintes par la justice ou l’Administration préfectorale, en cas de flagrant délit de conduite en état d’ivresse notoire ou en cas de contravention routière liée à l’alcool.

En cas d’addiction à l’alcool, constatée et confirmée par un médecin, le conducteur concerné peut se voir contraint par la loi de ne conduire que les véhicules équipés d’un EAD. Ainsi, les personnes condamnées par le juge à conduire un véhicule équipé d’un EAD sont celles qui se trouvent dans les situations suivantes :

  • Infraction de conduite en état alcoolique ;
  • Délit de conduite en état d’ébriété notoire ;
  • Refus d’obtempérer lors d’un contrôle de l’état alcoolique ;
  • Récidive de conduite sous l’emprise de l’alcool ou de substances hallucinogènes ou drogues ;
  • Meurtre ou blessures involontaires, provoquées par la conduite sous l’emprise de l’alcool ;
  • Répétition de refus de se soumettre aux contrôles d’alcoolémie ou aux dépistages de stupéfiants.

Suite à la décision du juge, le greffier chargé de l’exécution de la décision délivre au conducteur fautif un certificat, en échange de son permis de conduire.

Ce certificat mentionne clairement que le conducteur est autorisé à conduire uniquement un véhicule équipé d’un EAD.

En cas de non-respect de cette décision, le conducteur peut écoper de 2 ans de prison avec une amende de 4 500 euros et une annulation du permis de conduire pendant 3 ans maximum ou une interdiction de conduire pendant 5 ans maximum, à défaut d’une peine de travail d’intérêt général.

Si le conducteur multiplie les délits, son véhicule peut être confisqué. Et s’il truque l’EAD, il risque de payer une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros.

Cette sanction est également valable pour une personne qui utilise l’EAD à la place du chauffeur.

Comment utiliser un éthylotest anti-démarrage ?

Directement installé sur le circuit de démarrage du véhicule, l’éthylotest anti-démarrage est ce dispositif dans lequel le chauffeur doit souffler.
Ledit dispositif empêche le véhicule de démarrer si le taux d’alcoolémie est supérieur à celui prévu par la législation.

Si le taux d’alcoolémie est conforme à ce que prévoit la loi, le moteur démarre sur le champ. Dès ce moment, entre 5 et 30 minutes après le démarrage du véhicule, le dispositif arrête automatiquement le moteur. Et le conducteur dispose de 20 minutes pour expirer à nouveau sur l’EAD.

Acheter ou louer un EAD ?

Pour commencer, il faut noter que l’achat ou la location de l’éthylotest anti-démarrage est à la charge du chauffeur contrevenant ou qui décide délibérément d’installer ce module sur son véhicule.

Son achat ou sa location dépend soit de la volonté de tout un chacun, soit de la durée de la sanction.

Son installation doit être effectuée par des installateurs agréés par la Préfecture.

Si vous êtes expressément sanctionné par le juge sur une longue période, il est conseillé d’acheter un EAD homologué, qui coûte entre 1 300 et 2 000 euros, frais d’installation compris.

Et si vous n’êtes contraint par une décision judiciaire et souhaitez juste installer un EAD dans votre véhicule par simple précaution ou assurance, vous pouvez l’acheter entre 1 300 et 2 000 euros ou le louer entre 35 et 100 euros le mois.

Tout dépend du nombre de temps que vous souhaitez l’utiliser.

Comment fonctionnent les Dashcam

Le fonctionnement d’une caméra embarquée est très simple.

Placée à côté ou sous le rétroviseur intérieur du véhicule, la dashcam filme en continu des séquences de vidéos. Leur durée est réglable en fonction des modèles.

L’enregistrement débute automatiquement lors du démarrage du véhicule. Aucune intervention d’un garagiste est nécessaire.

Ensuite, la caméra filme tous les événements se déroulant tout au long des parcours. Les vidéos s’effacent au fur et à mesure. L’espace de stockage de la carte mémoire et votre vie privée sont ainsi préservés. L’ensemble de vos déplacements reste confidentiel.

En cas d’évènement anormal subi par le véhicule (chocs, décélérations subites, bris de glace…), la vidéo enregistrée ne s’auto-efface pas. La suppression s’effectue manuellement. Ce mode de fonctionnement facilite la récupération de la vidéo par les conducteurs.

En cas de besoin, l’automobiliste peut aussi sauvegarder manuellement une vidéo spécifique même s’il n’a pas été victime d’un événement en particulier. Ça peut être utile s’il a juste été témoin d’un accident dans lequel il n’est pas impliqué personnellement.

Ces vidéos peuvent ensuite servir à prouver la bonne foi des conducteurs en cas d’accident responsable ou non responsable. Ce qui explique que ce dispositif soit de plus en plus plébiscité par les assureurs.

L’offre Nextbase x Acommeassure

offre dashcam acommeassure

Convaincu par ce dispositif, AcommeAssure a noué un partenariat avec Nextbase, le leader européen des caméras de bord embarquées.

Ainsi, chaque nouvel assuré souscrivant un contrat d’assurance auto ONYX ou PHENIX qui équipe son véhicule d’une caméra de bord Nextbase achetée chez un partenaire revendeur, bénéficie d’une remise de 100 € sur le prix de son assurance auto. Pour en profiter, faites un devis en ligne. Ainsi, vous optimisez votre chance de trouver l’assurance auto la moins chère adaptée à votre profil.

Cette offre promotionnelle est valable jusqu’au 31 décembre 2021.

Pour quelle assurance opter ?

Vous avez le choix de souscrire une assurance auto obligatoire, aussi appelée responsabilité civile, ou la compléter avec des garanties optionnelles. Il peut s’agir d’assistance, dépannage, panne, véhicule de remplacement, bris de glace,…qui vous permettraient de couvrir la majorité des dommages corporels et matériels auxquels vous seriez confronté.

Peu importe que vous soyez un petit rouleur ou un conducteur dont le kilométrage atteint des niveaux records, une dashcam est un équipement de sécurité indispensable. C’est pourquoi de plus en plus d’assurances le plébiscitent.

Notre conseil : la formule d’assurance dépend non seulement de votre budget mais également de l’ancienneté de votre véhicule.

Dans la mesure de leurs moyens, les conducteurs d’une voiture neuve privilégieront une assurance tous risques. La cotisation est plus élevée qu’avec une assurance au tiers simple ou étendu mais ils sont assurés d’être couverts pour tous les sinistres ou dommages pouvant endommager voire détruire leur voiture.

À l’inverse, les automobilistes qui roulent au volant d’une voiture mise en circulation il y a plusieurs années, souscriraient une assurance au tiers simple. Ainsi, le montant de leur cotisation d’assurance sera moindre.

Autre astuce pour réduire la cotisation de votre assurance auto : jouer sur le type (fixe ou variable) et le montant de la franchise à acquitter en cas de dommages subis par le véhicule.

Qui peut utiliser une caméra embarquée ?

Jeunes conducteurs ou novices, petits rouleurs ou conducteurs occasionnels, conducteurs malussés ou résiliés ? Peu importe votre profil, votre coefficient de bonus malus ou votre utilisation du véhicule, les dashcams sont utiles à tous.

Pourquoi installer une dashcam dans votre voiture ?

Une conduite résiliente et raisonnée

Premier effet positif des caméras embarquées ? Elle vous permet de vous améliorer en tant que conducteur. Grâce aux vidéos de vos trajets, vous pouvez identifier vos points forts et les points de progrès de votre conduite.

Une preuve visuelle en cas de sinistre

Parfois, en cas d’accident corporel ou matériel, il s’avère souvent difficile de prouver que vous n’êtes pas responsable des faits. Conséquence : des frais de réparation sont à votre charge. Ce qui, en fonction de la formule d’assurance choisie et de la franchise associée peut représenter des frais non négligeables.

D’autant plus si vous n’avez pas souscrit une garantie assistance ou prêt de véhicule. Cette option vous dépanne et vous fait bénéficier d’un véhicule de remplacement durant toute la période nécessaire au garagiste pour procéder aux réparations du véhicule accidenté.

La preuve par image permet de prouver de manière irréfutable ce qui s’est réellement passé. En effet, l’encodage des fichiers permet de détecter d’éventuelles modifications de la vidéo.

Peu importe la situation : délit de fuite, automobiliste qui effectue un faux témoignage, tentative de falsification du constat … la caméra de bord enregistre tout ce qui se passe en toute impartialité.

Résultat ? En cas d’accident non-responsable, vous êtes en mesure d’apporter la preuve que vous n’êtes pas impliqué à votre assureur. L’indemnisation ne pourra alors qu’être juste.

En effet, en France, les vidéos tournées par une caméra embarquée peuvent être recevables comme preuve par les tribunaux ou les compagnies d’assurance. Par conséquent, ces dispositifs s’avèrent très utiles si vous êtes victime d’un accident ou trop choqué pour vous rappeler des circonstances exactes.

Dans le cas d’un accident non responsable, la vidéo peut même vous aider retrouver le conducteur à l’origine de l’accident.

Autre avantage : c’est un excellent moyen de dissuasion face à une partie adverse tentée de falsifier le constat amiable ou d’effectuer un faux témoignage pour éviter d’endosser la responsabilité de l’accident.

En cas de contestation, montrer la vidéo au conducteur responsable suffit généralement à lui remettre « les idées en place ».

CAMÉRA DE BORD ET ASSURANCE AUTO ?

Les images filmées par les caméras embarquées sont géolocalisées et datées, elles peuvent donc être acceptées par les assureurs.

Cependant, elles n’ont ni moins ni plus de valeur que les autres éléments fournis par les automobilistes impliqués dans l’accident ou les témoins de la scène. Ainsi, votre assureur peut décider de se baser uniquement sur les autres preuves que vous aurez fournies : constat de police et/ou amiable, témoignages directs, photos prises avec des smartphones sur le lieu du sinistre…

Caméra embarquée : que dit la loi ?

La législation française impose d’utiliser les images de la dashcam dans le respect de la réglementation de la loi sur la protection de la vie privée.

Tout ce qui relève de la vie privée ne peut faire l’objet d’enregistrement ou de diffusion sans l’accord explicite des personnes figurant sur l’enregistrement.

Ainsi, l’ article 226-1 du Code Pénal stipule que les dashcams ne portent pas atteinte à la vie privée. Elles sont considérées comme un dispositif de vidéosurveillance.

En effet, les vidéos sont captées depuis un lieu privé, alors que les vidéos des dashcam sont enregistrées sur l’espace public.

La loi fait donc une distinction entre des vidéos enregistrées sur la voie publique depuis un lieu privé (par une dashcam), et des enregistrements vidéos de la voie publique ou d’un lieu privé (commerce) effectués depuis la voie publique (vidéosurveillance).

⚠️ Attention si vous partez en vacances à l’étranger.

Même si la plupart des pays européens acceptent les dashcams, ce n’est pas le cas de tous.

L’Autriche, la Grèce, le Portugal ou le Luxembourg sont plus réticents. Au nom du principe de précaution sur la protection de la vie privée, ils en interdisent l’utilisation ou imposent de demander l’autorisation auprès de leur équivalent de la CNIL.

Pour en savoir plus, appelez-nous ou effectuez un devis d’assurance auto en ligne.